Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog de tonton daniel
  • le blog de tonton daniel
  • : De tout un peu dans un blog généraliste afin de dénoncer l'obscurantisme, les intégrismes et la bêtise, mais aussi pour vous informer, vous divertir, vous interroger...ou vous faire rêver ! Bonne lecture !
  • Contact

Recherche

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 14:50

Bonjour à tous

Grand classique de la littérature anglaise écrit par Charlotte Brontë dans l'Angleterre victorienne du XIXe siècle, "Jane Eyre" brosse le portrait romantique d'une jeune fille pas très jolie mais intelligente et pleine de bon sens, enfant malmenée par la vie qui finira par décider de son destin, prendre des initiatives, faire des choix décisifs, trouver le moyen de "concilier les inclinations et les principes" et trouver le bonheur auprès de l'homme de sa vie.

Des pensions remplies d'orphelines, des robes à volants, des voitures à chevaux..., le roman de Charlotte Brontë parait aujourd'hui bien daté avec son atmosphère et ses décors surannés ! L'histoire de Jane est avant tout une histoire d'amour, de celle qu'on racontait dans les campagnes le soir au coin du feu afin de passer le temps en bonne compagnie, pleine de rebondissements et rappelant parfois les contes de fées effrayant les enfants. Car "Jane Eyre", c'est successivement Cendrillon, Le vilain petit canard et La belle et la bête, la transformation d'une jeune féministe avide de liberté, d'indépendance et d'instruction. Au gré des saisons, des orages, des coups de vent et des chutes de neige, la campagne anglaise rappelle le caractère dur, âpre et entier de l'héroïne faisant face aux injustices sociales d'une société cloisonnée et austère. Attirée tour à tour par deux hommes que tout oppose (physique, foi religieuse, histoire, destin...), Jane choisira d'écouter son coeur, privilégiant la passion à la raison, sacrifiant une idéologie religieuse à un pragmatisme très humain, choix qui sera reproché en son temps à l'auteure par la stricte morale victorienne.

Construit autour de trois étapes successives de la vie de Jane et mâtiné de citations bibliques, de locutions françaises et de références mythologiques, le roman se perd parfois dans quelques digressions, n'évite ni quelques épisodes improbables (une sorcière, une folle cachée, des cousins retrouvés par hasard, un héritage providentiel, des voix mystérieuses, un aveugle qui recouvre la vue...) ni quelques invraisemblances sans lesquelles un conte de fées n'existerait pas !

Biographie, roman d'amour, conte de fées, témoignage d'une époque, analyse sociologique et tableau de personnages magnifiquement détaillés, "Jane Eyre" est aussi et surtout remarquable sur la forme, l'écriture est fluide et le style parfait. On pourra regretter l'omniprésence de la religion, de la Bible, de Dieu, les citations bibliques, la foi du missionnaire illuminé et le nom de Jésus concluant l'ouvrage mais "Jane Eyre" demeure finalement et malgré tout un récit très moderne, la retranscription d'une vie complète avec ses joies et ses peines, ses espoirs et ses doutes, ses peurs et ses rêves, ses souffrances et ses passions. Grâce à son caractère et à sa forte personnalité, nul doute que Jane l'institutrice finira sa vie heureuse, entourée d'enfants à qui elle aura transmis son expérience, enseigné la patience et indiqué le chemin à suivre vers le bonheur et la liberté !

Tonton Daniel

jane eyre

Partager cet article

Published by tonton daniel - dans littérature
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 19:32

Bonjour à tous

Coloré comme la palette d'un peintre impressionniste et sobrement intitulé "Mr Turner", le dernier film du réalisateur Mike Leigh dresse par petites touches juxtaposées le fidèle portrait de William Turner, peintre anglais du XIXe siècle qui fut surnommé en son temps "le peintre de la lumière et des incendies" !

Au-delà du portrait de l'artiste présenté comme un ours à la forte personnalité et considéré par beaucoup comme le plus grand peintre anglais de son temps, le film propose un véritable bond dans le passé ainsi qu'un voyage magnifique dans la campagne anglaise et sur les chemins du bord de mer. Enthousiasmé par les phénomènes atmosphériques et météorologiques, Turner puisera dans la vie des ports et dans le cadre de la Nature son inspiration pour ses marines et ses paysages. A une époque où les tubes de peinture n'existaient pas encore et où les artistes préparaient eux-mêmes leurs couleurs en mélangeant huile et pigments, le peintre sera d'abord aquarelliste et "fixera" la puissance des orages, des vents et des tempêtes grâce à de simples aquarelles préparatoires prises sur l'instant avec un matériel léger avant de les reproduire plus tard sur la toile dans le calme de son atelier.

"Mr Turner", c'est aussi Constable et la reine Victoria, les expositions de la Royal Academy of Arts, les marchands de couleurs, le quotidien des marins et des domestiques anglais, la dénonciation de l'esclavage et du commerce triangulaire, le vernis craquelé d'une société en plein développement industriel et technique. Dans les dernières années de sa vie, Turner sera d'ailleurs fasciné par la diffraction de la lumière, le magnétisme, les sciences, la vitesse, l'arrivée du chemin de fer et la naissance de la photographie. Confronté au passage inexorable du temps, l'artiste qui posait lumières et couleurs sans contours devra aussi affronter les nouveaux courants artistiques, le dédain des puissants, les moqueries du public et la volonté mercantile d'investisseurs sans âme qui l'inciteront à léguer à la fin de sa vie une grande partie de ses oeuvres à l'Etat britannique.

"Mr Turner", c'est enfin l'interprétation exceptionnelle de Timothy Spall récompensée au 67e Festival de Cannes par le très mérité prix d'interprétation masculine, de très beaux seconds rôles, quelques touches d'humour anglais, une photographie et une lumière sublimes faisant de ce film une oeuvre élégante, intelligente et d'une grande sensibilité. Un instant de grâce contemplative comme en procurent souvent les oeuvres des grands maitres !

Tonton Daniel

http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Mallord_William_Turner

http://fr.wikipedia.org/wiki/Timothy_Spall

mr turner

Partager cet article

Published by tonton daniel - dans cinéma les arts
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 10:52

Bonjour à tous

Elue en 2001 "meilleure chanson brésilienne de tous les temps, "Águas de Março" fut écrite en 1972 par Antônio Carlos Jobim qui l'enregistra deux ans plus tard avec la chanteuse Elis Regina pour son album de bossa nova "Elis & Tom". Rappelant les caprices d'un torrent furieux, la chanson évoque les pluies tropicales s'abattant sur Rio de Janeiro au mois de mars. Fait exceptionnel, chacune des chansons de l'album fut enregistrée en une seule prise ! Une petite merveille !

Tonton Daniel

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ant%C3%B4nio_Carlos_Jobim

Partager cet article

Published by tonton daniel - dans paroles et musique
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 11:15

Bonjour à tous

Alors que se termine aujourd'hui partout dans le monde le port de la moustache de l'opération Movember, vous cherchez encore une idée pour vos prochains cadeaux de Noël ?

Original et utile, complètement absurde et loufoque, pas cher et coloré, adaptable pour tous les âges et toutes les pilosités, voici le bonnet à barbe tricotée façon cagoule ou casque intégral !

En cette fin d'année, le poil est tendance, les hommes portent à nouveau barbe et moustache, les people colorent les poils de leurs aisselles et les barbiers sont débordés !

Alors... tous à poil cet hiver !

Tonton Daniel

bonnet barbe
bonnet barbe
bonnet barbe
bonnet barbe
bonnet barbe

Partager cet article

Published by tonton daniel - dans actualité
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 19:44

Bonjour à tous

Après avoir dépassé 110$ il y a quatre mois à peine, le prix du baril de pétrole vient de repasser en dessous de 80$ à Londres comme à New York. Anecdotique ? Pas vraiment ! La presse économique est formelle : il y a surproduction de pétrole aujourd'hui ! Demande en baisse de l'Europe et des pays émergents à cause de la crise économique, exploitation massive des gisements d'huile de schiste aux Etats-Unis, refus d'ajustement de production de l'Arabie Saoudite et de l'OPEP par crainte de perdre à terme des parts de marché... Et surtout, en réponse à la crise ukrainienne, volonté géopolitique des Etats-Unis de "toucher la Russie au portefeuille car le budget russe a été établi sur la base d'un baril à 100 dollars"... Réponse immédiate de Moscou à cette nouvelle amorce de guerre froide économique par des rapprochements diplomatiques avec Pékin et la signature avec la Chine de plusieurs contrats stratégiques : livraison de gaz naturel sur 30 ans, création de gazoducs et d'oléoducs, échange d’actifs de gisements gazier et pétrolier, projet d'une ligne ferroviaire TGV transsibérienne entre les deux capitales...

La loi de l'offre et de la demande mondiale implique donc des stocks en hausse et des prix à la baisse. Si le consommateur de base est gagnant à court terme, certaines économies nationales pourraient aussi en profiter par contre-coup avec une reprise de la consommation des ménages et une hausse de la production industrielle, une hausse des exportations et des investissements. Autres conséquences directes d'un pétrole moins cher : balance commerciale US excédentaire, hausse de la consommation américaine, donc hausse des taux d'intérêt à Wall Street pour éviter la surchauffe inflationniste, donc meilleurs rendements obligataires, donc rapatriement de capitaux vers New-York, donc hausse du dollar par rapport à l'euro (+10% depuis le début de l’année)... Pétrole moins cher mais dollar plus fort... Déflation d'un côté, inflation de l'autre... Sans parler des conséquences sur l'emploi... Pas simple d'être économiste aujourd'hui ! Vous avez dit anecdotique ?

Tonton Daniel

http://tontondaniel.over-blog.com/article-27814357.html (réservoirs flottants février 2009)

http://tontondaniel.over-blog.com/article-marche-a-terme-des-petroles-114255445.html

http://tontondaniel.over-blog.com/article-gasland-52171551.html

http://tontondaniel.over-blog.com/article-la-face-cachee-du-petrole-56725346.html

trop de pétrole

Partager cet article

22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 19:40

Bonjour à tous

Petite question à tous les espions en herbe, aux amateurs de romans policiers, aux fans de Big Brother et de 007 : avez-vous jamais eu envie de localiser la station spatiale internationale, l'avion de votre patron au-dessus de l'Atlantique, le paquebot où se trouve Mémé Raymonde dans les Antilles, le TGV de Tonton Daniel ou le dernier endroit tendance fréquenté par Nabilla ?

Alors, pour toutes ces recherches, voici dans l'ordre :

http://tontondaniel.over-blog.com/2014/05/webcam-iss.html

http://www.radarvirtuel.com/index-fr.html

http://www.marinetraffic.com/fr/

http://www.sncf.com/fr/geolocalisation

Et pour Nabilla, inutile de rafraichir votre écran, les satellites de la presse people fonctionnent correctement : la it-girl franco-suisse n'a pas bougé de la maison d'arrêt de Versailles depuis le 9 novembre...

Tonton Daniel

http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9olocalisation

géolocalisation

Partager cet article

14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 22:28

Bonjour à tous

Ecrit en 1970 par le biologiste et prix Nobel de médecine Jacques Monod, "Le hasard et la nécessité" fut un ouvrage révolutionnaire en son temps. Malgré la construction logique du discours et une évidente volonté de vulgarisation, cette lecture hermétique et parfois rébarbative reste destinée aux seuls initiés et demande au lecteur sans imagination de savantes notions de chimie, de biologie et de philosophie. Fort de ses observations et de son expérience, Jacques Monod nous résume ici sa conception et sa compréhension de l'Univers et nous entraine avec lui dans un récit tour à tour hypnotique, déprimant et passionnant à la recherche du "secret de la vie"...

Pour résumer la pensée de l'auteur, tout l'Univers, y compris les êtres vivants et l'Homme, n'est que physique, chimie et biochimie cellulaire ! Tout commence au niveau atomique dans un monde microscopique fort complexe, puis au niveau moléculaire avec l'apparition des protéines, des acides nucléiques et des enzymes ayant contribué par hasard à la structure cristalline de l'ADN, à l'apparition du code génétique et à l'émergence de la vie. Pour Monod, les êtres vivants sont des machines chimiques, la traduction de l'ADN rappelle la "chaine de production dans une usine de mécanique" et les neurones sont comparés à autant de composants électroniques. Dans un système "cartésien et non hégélien, la cellule est bien une machine".

Au stade suivant et à l'échelle supérieure, complétant la théorie darwinienne de la sélection naturelle, Monod explique que les êtres vivants répondent à trois critères : téléonomie, morphogénèse autonome et invariance reproductive. Autrement dit, un être vivant évolue à la fois en fonction de son environnement et de manière autonome et se reproduit sans fin à l'identique. Les mutations hasardeuses et accidentelles au niveau de l'ADN microscopique (mais qui sont "la règle à l'échelle de la population") puis la nécessité d'adaptation à des exigences macroscopiques (contraintes environnementales par exemple et donc sélection naturelle) expliquent le concept d'évolution mais en excluant toute notion de finalité, de causalité, de dessein intelligent et donc d'intervention divine ! Pour Monod qui réfute animisme, vitalisme et prédéterminisme, l'idéologie religieuse se révèle être une "puissante armature" pour la société mais sans "vérité objective". Dans une nature objective et pas projective, "Le hasard et la nécessité seuls mènent le vivant à s'adapter à son milieu" ou, pour reprendre le philosophe grec Démocrite et expliquer le titre de l'ouvrage, "tout ce qui existe dans l'univers est le fruit du hasard et de la nécessité". Exactement le contraire de ce qu'affirmait Albert Einstein avec son célèbre "Dieu ne joue pas aux dés" !

Enfin, dernière étape de cette démonstration, Monod affirme que la survie des organismes supérieurs dépend de leur comportement et non plus de leur environnement. Avec l'aide de Marx, Hegel, Bergson, Teilhard de Chardin, Pascal ou Alain, il évoque le destin de l'humanité, "l'explosion démographique et la destruction de la nature", anticipe l'essor des manipulations génétiques, rappelle la loi d'accroissement de l'entropie et indique le sens irréversible de l'Evolution dans le temps. En conclusion selon lui, il appartient à l'Homme de choisir entre hasard et nécessité, afin d'évoluer de l'infiniment petit à l'infiniment grand, de l'atome à l'Univers, du Royaume des Ténèbres au Royaume des idées, de la connaissance, de la culture et de la création.

Depuis la parution de l'ouvrage, quelques bémols ont été apportés par la science moderne au discours de Jacques Monod : si la biologie explique la relation entre le vivant et l'inanimé, des exemples comme la découverte de nombreuses exoplanètes ou encore la possibilité de formes de vie non basées sur la chimie du carbone (biochimies hypothétiques du silicium, de l'azote, du phosphore...) autorisent à penser que l'Homme n'est ni le fruit du hasard ni seul dans l'Espace. Malgré ce que pensait Monod dans les années 70, l'apparition de la vie n'est peut-être pas un évènement unique dans l'Univers... Mais ceci est un autre débat, à la fois hasardeux et nécessaire !

Tonton Daniel

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Monod

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Hasard_et_la_N%C3%A9cessit%C3%A9

le hasard et la nécessité

Partager cet article

Published by tonton daniel - dans littérature
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 11:38

Bonjour à tous

Quel suspense ! Dans trois jours, la sonde spatiale Rosetta va tenter de larguer et de poser le petit module Philae sur la comète Churyumov-Gerasimenko à près de 650 millions de kilomètres de la Terre, un peu moins que la distance séparant Jupiter du Soleil, une broutille à l'échelle de l'Univers !

Matthew McConaughey, lui, est parti beaucoup plus loin ! Une semaine plus tôt, placé par le réalisateur Christopher Nolan dans sa machine à explorer le temps, le comédien a décollé en direction des étoiles afin de sauver l'Humanité de la sécheresse et de la famine ! Plan A : trouver une nouvelle Terre d'accueil dans une autre galaxie... Plan B : y implanter une colonie humaine post-apocalyptique pour perpétuer l'espèce... Après 2h47 d'extravagantes et bavardes aventures intergalactiques, accompagné d'Anne Hathaway, de Jessica Chastain, de Michael Caine et de Matt Damon, Matthew va être confronté à un fantôme, dormir en sommeil artificiel, visiter plusieurs planètes, traverser de nouvelles dimensions, croiser des intelligences supérieures et revenir sur Terre pour délivrer un dernier message d'amour... Euh... Stanley Kubrick et Steven Spielberg ! Sortez de ce corps !

A l'instar de Kubrick ou d'Alfonso Cuarón, le discours de Christopher Nolan se veut résolument scientifique, voire ésotérique : hypothèse du "trou de ver", trou noir, paradoxe temporel, relativité générale, attraction gravitationnelle, espace multidimensionnel... Mais en y ajoutant quelques robots improbables, une musique envahissante, des livres "prophétiques", une réflexion philosophique sur le mensonge, le temps qui passe, la théorie du complot lunaire, la surpopulation humaine et la place de l'Homme dans l'Univers, il accouche d'un scénario métaphysique aussi simple et léger qu'une équation quantique... Ridley Scott et Luc Besson, sortez vous aussi !

Bon, on vous rassure, malgré un scénario à tiroirs et une fin prévisible, Interstellar est un bon film de science-fiction, bourré d'effets spéciaux, qui en met plein les yeux et à la fin duquel, contrairement au spectateur, Super-Matthew n'a pas pris une ride ! Déçu par son ingrate descendance, notre héros repartira vers d'autres aventures et laissera derrière lui le souvenir lointain d'une sonde spatiale nommée Rosetta, qui un matin de novembre 2014 aura fait rêver et réfléchir l'Humanité... Il est fort, ce Matthew !

Tonton Daniel

interstellar

Partager cet article

Published by tonton daniel - dans cinéma astronomie et espace
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 19:29

Bonjour à tous

"Il ne faut pas se fier aux apparences. Beaucoup de gens n'ont pas l'air aussi bêtes qu'ils ne le sont réellement" écrivit un jour Oscar Wilde avec beaucoup d'humour ! Ne pas se fier aux apparences, c'est aussi ce que semble nous conseiller l'excentrique Amélie Nothomb dans son roman "Antéchrista". Blanche, une jeune fille solitaire et sans attrait est amenée à héberger chez ses parents une étudiante du même âge rencontrée à l'université et prénommée Christa. En société, cette dernière est rayonnante, souriante, aimable, attire tous les regards par son charme et sa personnalité. Mais... ne vous fiez pas aux apparences...

Très vite, Christa vampirise ses hôtes. Cachant une âme noire sous un visage d'ange, elle se révèle machiavélique, manipulatrice, égocentrique, narcissique. Au point que Blanche et le petit diable perché sur son épaule la surnomment rapidement Antéchrista par dérision. Comment briser l'envoûtement ? Comment expulser ce coucou du nid familial ? Comment résister au mensonge, au mépris, à la mauvaise foi et à la violence des sentiments ? Comment exorciser le mal, éviter schizophrènie et tortures morales ? Bref, à l'aube de l'Apocalypse, comment se comporter en Messie face à l'Antéchrist ?

Afin de répondre à toutes ces questions, Amélie Nothomb, fidèle à elle-même, n'hésite pas à mêler détails autobiographiques, fantasmes personnels, introspection et interrogations métaphysiques. Mais hélas, si un tel sujet se prête à l'utilisation de nombreux symboles bibliques et religieux, cet "hymne méphitique" ne parvient jamais à atteindre la grâce ! Le style reste académique, le scénario superficiel manque de rythme, les personnages frisent la caricature et le roman se termine par un baiser de Judas aussi ambigu et provocateur que rédempteur et condamnatoire... Décevant !

On le répète : ne vous fiez ni aux apparences ni aux réputations ! La messe est dite ! Amen !

Tonton Daniel

https://fr.wikipedia.org/wiki/Am%C3%A9lie_Nothomb

http://tontondaniel.over-blog.com/article-cosmetique-de-l-ennemi-104407950.html

http://tontondaniel.over-blog.com/2014/06/acide-sulfurique.html

antéchrista

Partager cet article

Published by tonton daniel - dans littérature
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 17:03

Bonjour à tous

Les blue jeans usés à la main par des ouvriers bengladais ou vietnamiens, terminé ! Un fabricant japonais a trouvé encore moins cher pour fabriquer des jeans tendance : faire travailler des animaux ! L'opération s'est déroulée au Kamine Zoo d'Hitachi qui a donné son autorisation préalable et trouvé dans ce coup marketing une nouvelle source de revenus.

Par définition, le principe est bêbête (!) : la toile denim, matériau de base de tout blue jeans qui se respecte, est d'abord enroulée autour de pneus de voitures usagés puis confiée à des lions, des tigres ou des ours dans l'enclos de leur parc zoologique ! Les fauves et les ours adorent jouer avec ces jouets originaux, déchirent et lacèrent la toile sans effort, tels des prisonniers à qui l'administration a confié un emploi. Après récupération, lavage et montage, voici des pièces uniques vendues aux enchères par la marque Zoo jeans pour environ 800 € pièce, les bénéfices étant versés au zoo Kamine et au WWF. Les jeans griffés “Designed by dangerous animals” sont répartis en trois collections dénommées L1, T1 et B1, pour Lions, Tigers et Bears (Ours).

Initialement conçue comme une campagne de publicité ponctuelle destinée à doper la fréquentation du zoo, l'opération pourrait être renouvelée car les résultats ont dépassé toutes les espérances. Malgré les défenseurs des animaux, les plus pragmatiques défendent cette pratique de la main d'oeuvre animale en arguant que les techniques industrielles destinées à vieillir artificiellement les jeans sont très dangereuses pour les ouvriers et pour l'environnement : la sablage est cause de silicose alors que l’utilisation de produits chimiques abrasifs pollue rivières et cours d'eau.

Une fois de plus, le débat est ouvert entre pragmatisme et idéologie !

Tonton Daniel

zoo jeans

Partager cet article

Published by tonton daniel - dans économie japon
commenter cet article