Publié le 27 Avril 2016

Bonjour à tous

Le saviez-vous ? Trente ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, la radioactivité n'est plus la principale préoccupation des ouvriers chargés sur place de la construction du deuxième sarcophage de confinement du réacteur n°4 de la centrale. Successeurs des premiers "liquidateurs", les ouvriers d'aujourd'hui sont bien davantage préoccupés par la fragilité des bâtiments abandonnés et non entretenus de Pripiat et Tchernobyl, ainsi que par la prolifération d'animaux sauvages dans la zone d'exclusion.

Vivant naturellement moins longtemps que l'Homme et se reproduisant rapidement, les animaux sauvages sont en effet moins touchés par la radioactivité et prolifèrent dans la région de Tchernobyl depuis l'abandon de toute activité humaine dans un rayon de trente kilomètres autour de l'ancien site nucléaire. Comme le suggère la série américaine "Life After People" ("Une vie après l’homme"), fiction qui imagine les conséquences sur l'environnement de la disparition subite de l'espèce humaine, ours, loups et sangliers sont aujourd'hui les maitres d'un royaume de 300 000 hectares partagé par l'Ukraine et la Biélorussie.

En trente ans, avec sa surface supérieure à celle du Luxembourg, la "Zone d'aliénation de la centrale nucléaire de Tchernobyl" est devenue le plus grand "parc involontaire" de la planète, loin devant d'autres sites, zone démilitarisée séparant les deux Corée, îles Montebello en Australie, île japonaise d’Hashima ou nombreuses villes fantômes des Etats-Unis par exemple.

Trente ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, il est encore trop tôt pour conclure mais scientifiques et écologistes s'interrogent déjà : la pression humaine serait-elle plus nocive pour l'écosystème et l'environnement que les retombées radioactives d'une pollution nucléaire ?

Tonton Daniel

https://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_involontaire

tchernobyl avril 1986

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous, #actualité, #environnement, #démographie

Publié le 24 Avril 2016

Annie aimait les sucettes en 1966 ? Line Renaud aimait les bananes 10 ans plus tard !

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paroles et musique

Publié le 22 Avril 2016

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paroles et musique

Publié le 20 Avril 2016

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Publié le 17 Avril 2016

Bonjour à tous

Voici un petit livre remarquable, passionnant, clair, précis, intelligent, facile à lire et très instructif ! Avec "Les bactéries, une chance pour l'humanité ?", le biologiste John Herrick nous rappelle que les bactéries ne sont pas toutes nocives pour l'organisme humain comme celle responsable de la tuberculose par exemple, beaucoup d'entre elles nous sont nécessaires et vivent avec nous, sur nous et en nous de notre naissance à notre mort.

Au contraire, considéré désormais comme un organe à part entière, cet ensemble de bactéries appelé microbiote (bucco-intestinal, cutané ou vaginal) est indispensable à notre digestion, synthétise des vitamines, régule notre stress, seconde le système immunitaire, fabrique une partie de nos neurotransmetteurs, communique avec notre système nerveux entérique (le désormais bien connu "deuxième cerveau") et avec le système nerveux central via le nerf vague. Chacun de nous forme donc un microbiome, un écosystème complexe dont chacune des parties interdépendantes et vivant en symbiose recherche l'homéostasie, équilibre assurant son bon fonctionnement.

En revanche, un lien direct est maintenant établi entre certaines bactéries et de nombreuses pathologies humaines (autisme, schizophrénie, dépression, névroses, maladies digestives...) et l'on peut affirmer que certains comportements humains, affectifs et sociaux, sont influencés indirectement par les bactéries de notre microbiote intestinal. La recherche médicale s'oriente donc logiquement vers une étude plus poussée de ces micro-organismes mais les spécialistes sont unanimes : si les cas d'apparition de tendances suicidaires à cause de parasites sont nombreux dans le monde animal, il n'y a aucun risque pour les humains d'être transformés en robots ou en zombies par des organismes qui nous imposeraient leurs lois de l'intérieur !

Théorie du gène égoïste, théorie endosymbiotique, mutualisme, commensalisme, dysfonctionnements psychologiques, notre rapport aux bactéries reste complexe aujourd'hui. John Herrick s'interroge enfin avec prudence et philosophie sur notre sociabilité et nos valeurs humaines et morales. Pourraient-elles être induites par notre microbiote car destinées à favoriser l'évolution et la survie de ce dernier ? Les bactéries, prix Nobel de la Paix ?

Tonton Daniel

http://tontondaniel.over-blog.com/article-phagotherapie-97817378.html

http://tontondaniel.over-blog.com/2015/08/le-charme-discret-de-l-intestin.html

http://tontondaniel.over-blog.com/article-hoazin-91500291.html

les bactéries une chance pour l'humanité

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature, #médecine