Publié le 11 Janvier 2017


Bonjour à tous

Biographie à peine romancée d'un personnage hors du commun et page détaillée de l'Histoire occidentale contemporaine, l'extraordinaire "Limonov" d'Emmanuel Carrère est une oeuvre flamboyante auréolée de nombreuses récompenses parmi lesquelles le prestigieux prix Renaudot 2011.

Limonov ? Mais qui est Limonov ? Limonov est un salaud. Limonov est un poète. Limonov est acide, belliqueux et explosif, pas vraiment un homme comme les autres...
Agé de 73 ans aujourd'hui, Edouard Limonov a eu un parcours pour le moins exceptionnel. Né en Ukraine pendant la seconde guerre mondiale, il a été, comme le résume sa page Wikipedia et le développe Emmanuel Carrère, "truand à Kharkov, poète à Moscou, sans-abri puis domestique à New York, écrivain et journaliste à Paris, soldat en Serbie, dissident puis prisonnier politique dans l'ex-URSS". Fondateur du Parti national-bolchevique et désormais opposant à Vladimir Poutine, l'homme à la personnalité complexe et aux multiples facettes a toujours été accompagné d'une réputation sulfureuse, celle d'un aventurier et d'un poète maudit, admiré ou détesté mais toujours fascinant.
Arthur Rimbaud des temps modernes, ce "mauvais garçon" à l'égo surdimensionné a toujours refusé d'être une victime passive des évènements, se forgeant un "programme de vie" et un code moral souvent décrié, se vantant de mépriser les faibles, d'être fort et méchant, mais de rester fidèle à ses amis et à ses convictions. Rebelle permanent méprisant droits de l'Homme et démocratie, Limonov a toujours été un homme engagé, indifférent au fatalisme slave et hostile à toute neutralité politique, "un mec qui a des couilles et à qui il ne faut pas en compter". Dont acte.

Fils de l'académicienne Hélène Carrère d'Encausse, Emmanuel Carrère connait bien la Russie grossière et malodorante d'Edouard Limonov, société sans classe moyenne, violente au quotidien, rugueuse mais droite, société "bordélique", médiocre mais fière, où l'alcool et la vodka coulent à flot pour noyer les déceptions de toutes sortes et remplir le gris et le vide des grands espaces sibériens. La Russie est un monde à part, où l'on raisonne différemment, "un pays où l'on se soucie peu des libertés formelles pourvu que chacun ait le droit de s'enrichir". "Que la vie humaine ait peu de prix, c'est dans la tradition russe". Dans le pays de Tchekhov et sous le regard des icônes de la Vierge Marie, on pratique donc pour l'honneur le coup de poing viril plutôt que la diplomatie, et un passage en prison est souvent reconnu et purgé avec fierté.

Autour de Limonov, parmi de nombreux évènements historiques et des faits divers aussi sordides que terrifiants, Emmanuel Carrère évoque les purges staliniennes, le meurtre d'Anna Politkovskaïa, la guerre en Tchétchénie, les massacres de Beslan et de la Doubrovka, le conflit des Balkans, les oligarques mafieux. Il présente l'ancien socialisme soviétique comme une négation du réel et de la mémoire, rappelle la courte période d'ouverture politique sous Khrouchtchev et démonte la figure d'un Gorbatchev insignifiant totalement dépassé par sa perestroïka. Le roman se termine par un parallèle entre Edouard Limonov et Vladimir Poutine, tous deux issus du même moule mais aux parcours radicalement opposés : zapoï et underground, écriture et emprisonnement pour le premier, pouvoir et KGB, gazoducs et Kremlin pour le second.

Complément du récit "Dans les forêts de Sibérie" de Sylvain Tesson paru la même année, "Limonov" est une oeuvre romanesque, intelligente et forte, illustrée de nombreuses références culturelles, littéraires et poétiques, qui finit, au-delà du reportage historique et de la biographie d'un seul homme, par reflèter avec noirceur tous les aspects de la nature humaine en général. Malgré une apothéose quasi mystique, une oeuvre à conseiller sans réserve à tous ceux qui veulent comprendre la société russe d'hier et d'aujourd'hui à travers les aventures d'un seul grand témoin : dissident et délinquant, mégalomane et misanthrope, pragmatique et idéaliste, salaud, poète et homme pas vraiment comme les autres, Limonov s'en fout, il a atteint le Nirvana !

Tonton Daniel

 

limonov

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature, #portraits, #russie-urss

Repost 0

Publié le 9 Janvier 2017

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paroles et musique

Repost 0

Publié le 8 Janvier 2017

Léo Marjane, doyenne de la chanson française disparue il y a trois semaines à l'âge de 104 ans, évoquait en 1941 la peine des femmes dont les maris étaient prisonniers de guerre en Allemagne...

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paroles et musique

Repost 0

Publié le 7 Janvier 2017

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paroles et musique

Repost 0

Publié le 4 Janvier 2017

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #pays basque

Repost 0