de sang-froid

Publié le 2 Octobre 2015

Bonjour à tous

Paru en 1966, "De sang-froid" ("In cold blood") a été classé en 1995 parmi les cent meilleurs livres policiers de tous les temps. Appartenant au genre du "True crime" (Roman-réalité), son auteur, l'américain Truman Capote, l'a qualifié de "roman de non-fiction" pour s'être inspiré d'un fait divers réel, le meurtre énigmatique, sanglant et a priori sans preuve ni mobile de la famille Clutter, fermiers du Kansas en 1959.

Le récit débute par un long et silencieux travelling avant vers le futur lieu du crime. Couleurs violentes et lumières crues, décors dépouillés et grands espaces, une grande maison posée dans la plaine poussiéreuse du Middle West, une voie de chemin de fer, un train qui passe dans le lointain, des routes se perdant vers l'infini... tout rappelle le réalisme chargé de tristesse des tableaux du peintre Edward Hopper.

Afin d'être le plus fidèle à la réalité, Truman Capote étudiera le dossier de l'affaire durant cinq ans, rencontrant tous les protagonistes, y compris les deux assassins, Perry Smith et Dick Hickock, dont il finira par gagner la sympathie en construisant avec eux une étrange relation de confiance mutuelle jusqu'à leur pendaison en 1965. Sur la forme, l'écriture est remarquable, tout comme la construction du récit dont le but n'est pas d'amener le nom des meurtriers que le lecteur connait depuis le début mais de retracer et de comprendre le profil psychologique des différents personnages, victimes, assassins, familles, voisins, témoins, officiers de police et de justice.

Par sa richesse, "De sang-froid" se présente tout à la fois comme la chronique d'un massacre annoncé, le récit d'une cavale, la peinture de l'Amérique profonde des années 60, le tableau d'une société craintive qui se protège derrière ses armes à feu, un réquisitoire contre le milieu pénitentiaire et le système judiciaire, une dénonciation de l'importance des prisons pour l'économie du pays et le prétexte d'un débat sur la peine de mort. Le système n'aurait-il pas lui aussi liquidé deux hommes "de sang-froid" ? Le livre est aussi une formidable et minutieuse analyse de l'être humain, "doué de raison et pourtant capable du pire".

Le roman apportera gloire et fortune à son auteur mais aura profondément épuisé et transformé le fragile et mondain Truman Capote qui ne se relèvera jamais de cette expérience. Devenu dépressif, drogué et alcoolique, n'ayant pas trouvé de réponses à ses questions existentielles, il sera lui aussi une victime indirecte des deux tueurs vingt ans après le quadruple meurtre de Holcomb. Un homme tué non pas de sang-froid, sans préméditation, mais hanté par le souvenir et usé par le regret d'une vie personnelle superficielle et solitaire.

Tonton Daniel

de sang-froid

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature

Repost 0
Commenter cet article