le pavillon du butard

Publié le 6 Mars 2016

Bonjour à tous

Aujourd'hui oublié en bordure de la forêt de Fausses-Reposes entre Vaucresson et La Celle-Saint-Cloud en région parisienne, le pavillon du Butard est un petit bâtiment de style Louis XV, édifié de 1750 à 1754 par l'architecte Gabriel sur le terrain des Hubies dépendant alors du parc de Versailles, ancien rendez-vous de chasse d'apparence coquette et anodine mais à l'histoire sulfureuse...

Caves aux murs épais, petites chambres à fenêtres basses, salon décoré de miroirs et de frises d'amours, le Butard abrite dans un premier temps les turpitudes et les très jeunes conquêtes du roi Louis XV avant la construction du scandaleux Parc-aux-cerfs à Versailles. Après la Révolution, il devient pendant quelques années la propriété de l'insouciante et frivole Joséphine de Beauharnais qui l'intègre à son domaine de Malmaison. Après le second Empire et les visites de Napoléon III, le pavillon est brièvement occupé par les troupes prussiennes en 1870 et sombre dans l'oubli et la décrépitude. Théâtre de fêtes fastueuses avant la seconde guerre mondiale, il est classé au titre des monuments historiques en 1927, est peu à peu remeublé et restauré avant de servir de cachette à la Libération à différentes personnalités accusées d'avoir collaboré avec l'occupant.

Mis par l'Etat à la disposition des présidents de l'Assemblée nationale, le discret pavillon est en 1959 au centre d'une célèbre affaire de moeurs pédophile, dite "des ballets roses", dans laquelle est impliqué entre autres André Le Troquer, 73 ans, résistant proche du général de Gaulle, ancien ministre à la Libération et dernier président de l'Assemblée nationale de la IVe république, ainsi que sa compagne, la pseudo comtesse de Pinajeff ! Alcool, drogue, soupers libertins, séances de strip-tease, spectacles érotiques et chatiments corporels, les plus jeunes "invitées" n'ont alors que 14 ans... Après le procès, en réaction à ce vaste système de détournement de mineures, le Canard Enchainé titrera alors sur le "tout pourri" !

Désormais confié à l'Office national des forêts qui l'entretient et le loue pour des manifestations culturelles, familiales ou privées a priori plus avouables, le pavillon du Butard n'est toujours pas ouvert au public. De peur que ses murs ne puissent parler ?

Tonton Daniel

Les photos prises ce matin :

le pavillon du butard
le pavillon du butard
le pavillon du butard

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france, #histoire, #sexualité, #architecture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article