vichy, la mémoire empoisonnée

Publié le 18 Mai 2016

Bonjour à tous

A l'occasion de la diffusion lundi soir par France 3 du reportage "Vichy, la mémoire empoisonnée", il me souvient d'une anecdote personnelle gravée pour toujours en mémoire.

Juin 1982. Une salle d'examen d'un lycée de Neuilly sur Seine. Quelques dizaines d'étudiants, dont votre serviteur, s'apprêtent à passer l'épreuve d'histoire du baccalauréat. Sujet du jour : la France pendant la seconde guerre mondiale. Le surveillant enfin : un homme d'une soixantaine d'années, cravate et costume sombre, raide comme la Justice, parfait sosie du comédien Claude Piéplu interprétant le censeur dans "Le pion" de Christian Gion.

Lors de l'épreuve, arrêtant son pas à ma hauteur et lisant par dessus mon épaule, mon pion à moi pose son doigt sur ma copie et sur le mot "amicalement" sans enfreindre la règle du silence imposée par l'administration universitaire. Faute d'orthographe ? Faute de syntaxe ? Mystère !

Le lendemain. Même salle. Autre épreuve mais même surveillant qui se plante devant moi et m'assène avant le début de l'examen : "Alors, jeune homme ! Comme çà, Pétain a serré la main d'Adolf Hitler "amicalement" ? Non monsieur ! J'y étais !"

Figé de stupeur, je ne prononçai pas un mot, trouvai crédible la présence de mon interlocuteur sur les lieux et réalisai que l'adverbe "amicalement" était en effet inapproprié. Qui était ce grand témoin alors âgé d'environ 60 ans en 1982 ? A quel titre était-il présent à la gare de Montoire lors de la célèbre entrevue entre Pétain et Hitler le 24 octobre 1940 ? Photographe ? Cheminot ? Membre de la délégation française ? Témoin placé là par hasard ?

Ces quelques mots m'ont à jamais interdit de trancher entre les deux théories du glaive et du bouclier, ces deux armes incarnées respectivement par De Gaulle et par Pétain. Photos et films d'époque sont trop flous pour se faire une opinion. Même les historiens comme Raymond Aron, Robert Paxton ou Serge Klarsfeld ont toujours débattu sur la motivation des intervenants de l'époque. Seules certitudes, la collaboration d'Etat et la participation du gouvernement français à la déportation des Juifs, suivies des horreurs que l'on sait.

Glaive ou bouclier ? Ce troublant "Non monsieur ! J'y étais !" empoisonnera à jamais ma mémoire et mon opinion.

Tonton Daniel

https://fr.wikipedia.org/wiki/Entrevue_de_Montoire

vichy, la mémoire empoisonnée

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #histoire, #télévision

Repost 0
Commenter cet article