homosexualité animale 3

Publié le 6 Juillet 2016

Bonjour à tous

"Un comportement homosexuel a été documenté pour la première fois chez des femelles gorilles au Rwanda.

Des femelles gorilles des montagnes "qui paradent et se courtisent, vocalisent puis se frottent l’une à l’autre, s’accouplant vulve contre vulve, ou pressant leur appareil génital contre le dos de leur partenaire". Et qui parfois se "dissimulent à l’abri des feuillages” pour mener tranquillement leurs ébats sans être interrompues par un "dos argenté". Voici ce que Cyril Grueter, de l’Université d’Australie occidentale (Australie) et Tara Stoinski, du zoo d’Atlanta (États-Unis) ont pu observer deux ans durant chez deux clans différents de Gorilla beringei beringei, dans les massifs volcaniques des Virunga, côté rwandais. Leur recherche conduite de 2008 à 2010, au centre de recherche de Karisoke, piloté par le Fonds International Diane Fossey pour les gorilles (DFGFI) vient de faire l’objet d’une publication scientifique dans la revue Plos One.

Les chercheurs y analysent 44 accouplements entre femelles survenus entre 2008 et 2010, dans deux groupes de taille très différente, l’un de dix individus dominé par un seul mâle "dos argenté", l’autre d’une quarantaine de primates fréquenté par plusieurs mâles. C’est la première fois que des comportements homosexuels fréquents sont solidement documentés chez des femelles gorilles des montagnes en pleine nature, ce qui invalide l’hypothèse selon laquelle ces comportements seraient le fruit artificiel de la captivité. En réalité, ces jeux entre femelles sont connus depuis les années 1980 : la célèbre primatologue américaine Diane Fossey et son collègue Alexander Harcourt en avaient observé... mais n’y avaient consacré que quelques lignes discrètes et perplexes dans leurs travaux. Et pour cause… "Ces femelles s’accouplent hors du cadre théorique selon lequel le sexe vise à la reproduction", note ironiquement Thierry Lodé, un spécialiste d’écologie évolutive à l’Université de Rennes 1, persuadé que le désir est l’un des moteurs de l’évolution.

Depuis 1999, et la publication par le biologiste Bruce Bagemihl d’une somme "exubérante sur l’homosexualité animale", il est impossible de considérer cette dernière comme un comportement rare et isolé : elle serait pratiquée par 450 espèces, du cygne au lamentin, en passant par la girafe. Mais "ce comportement toucherait les mâles à 80 % dans le monde animal", selon l’auteur. L’homosexualité femelle est en revanche particulièrement bien documentée chez les primates, notamment chez les bonobos, qui en usent comme d’un moyen de consolidation sociale entre elles, et les femelles macaques japonaises, "qui n’en tirent aucune amélioration de leur statut social et cherchent simplement la gratification sexuelle", selon le Canadien Paul Vasey, spécialiste de la question.

Et nos femelles gorilles des montagnes, alors ? Les primatologues ont tour à tour éliminé les hypothèses. Notamment celle selon laquelle ces câlins viseraient à résoudre des conflits, puisqu'ils n’interviennent pas après une dispute. Ils ne renforçent pas les liens familiaux et sociaux, les partenaires se choisissant apparemment indépendamment des liens de clan.. "Il ne s’agit pas non plus d'un comportement de domination, ou de 'chevauchement hiérarchique', puisque des femelles de rangs inférieurs montaient tout autant des femelles de rang supérieur”, pointe Cyril Grueter. Ni d’un rituel d’initiation, car à une exception près, ces accouplements concernent des femelles matures entre elles ou des adolescentes entre elles. Reste l’excitation sexuelle ambiante lors des périodes d’ovulation et d’accouplement dans les groupes de primates. Les femelles — et parmi elles quelques-unes dédaignées par les mâles — chercheraient simplement à soulager leur tension et se faire du bien. Aucune d’elles n’avait de relations exclusivement homosexuelles, ni de relation durable, notent encore les deux chercheurs américain et australien. Ces conclusions rejoignent celles du primatologue Juichi Yamagiwa qui a étudié l'homosexualité chez les gorilles mâles des montagnes. Mâles ou femelles, les gorilles des deux sexes cherchent avant tout le plaisir."

(Source : http://www.sciencesetavenir.fr)

Tonton Daniel

homosexualité animale 3

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #zoologie

Repost 0
Commenter cet article