une délégation de réfugiés

Publié le 3 Août 2016

Bonjour à tous

Racisme en 1936 à Berlin, terrorisme en 1972 à Munich, guerre froide en 1980 à Moscou, marketing à outrance en 1996 à Atlanta, sauvegarde de l'environnement en 2010 à Vancouver, dopage systématique et corruption organisée depuis toujours, les Jeux Olympiques d'été, miroir symbolique de notre société, reflètent tous les quatre ans l'état de notre civilisation à l'occasion de la trêve olympique.

En 2016, regroupés pour la première fois dans l'histoire des Jeux dans une délégation fantôme, une dizaine de réfugiés politiques natifs de Syrie, du Congo, d'Ethiopie et du Sud-Soudan, vont défiler à Rio sous la bannière olympique du CIO avec le statut "d’athlètes olympiques réfugiés". Pour les présidents du CIO (Comité international olympique) et du HCR (Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), il s'agit d'un acte politique fort, attirer l'attention du monde sur le sort des soixante millions de réfugiés dans le monde.

Message d'espoir ? Valeurs olympiques ? Humanisme universel ? La "refugee olympic team" deviendra peut-être un magnifique groupe d'ambassadeurs pour la paix mais, dénonçant également l'état pitoyable de certaines infrastructures, la misère à l'ombre des stades brésiliens ou la pollution de la baie de Rio, les mauvaises langues, elles, parlent déjà "d'opération de communication" et de "machinerie financière"...

Sans surprise hélas, le miroir des Jeux se révèle également opaque, grossissant ou déformant selon l'occasion.

Tonton Daniel

une délégation de réfugiés

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #sports et jeux, #actualité, #international

Repost 0
Commenter cet article