l'homme de minuit

Publié le 22 Octobre 2016


Bonjour à tous

Automne 1938. Une pluie fine glisse sur les toits en zinc de Paris. Dans les rues grises et les bars surchauffés de la Capitale se croisent messieurs en chapeaux et prostituées en cheveux, hommes-sandwiches et poinçonneurs du métro. Plus loin, devant les feux de la rampe d'un music-hall anonyme, ventriloques, danseurs exotiques et chanteuse de beuglant se démènent pour un public invisible. Au fond d'une cave voisine du théâtre, non loin des coulisses, est découvert le cadavre d'une vieille femme étranglée. Et puis...

Et puis... plus rien ! "L'Homme de minuit" de Francis Carco est un roman en noir et blanc, sans intrigue ni passion ni envergure. On soupçonne les deux personnages principaux, un duo d'acrobates doués mais pas très sympathiques, on se souvient de Suzy Delair et de Bernard Blier dans le "Quai des Orfèvres" d'Henri-Georges Clouzot et on se rappelle peut-être que Francis Carco, "romancier des Apaches" et ami de Colette, est aussi l'inventeur de l'expression "le milieu" qui désigne le crime organisé en France. Enfin, grace aux dernières pages, des lecteurs attentifs pourraient éventuellement évoquer une parabole sur la fatalité, le destin, les actes spontanés y compris le meurtre...

Seul intérêt du roman paru en 1938, le rappel que le changement d'heure date de bien avant les années 70 ! Le passage à l'heure d'hiver est ici évoqué comme alibi possible pour innocenter "l'homme de minuit", ombre furtive et silencieuse dans la nuit parisienne...

Tonton Daniel

 

 

l'homme de minuit

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article