atyche

Publié le 24 Février 2017


Bonjour à tous

S'inspirant peut-être des pomanders du moyen-âge, ces "boules de senteur" en métal précieux contenant matières odorantes ou parfums "solides", le parfumeur Guillaume-Louis Lenthéric a l'idée en 1891 de créer pour ses clientes parisiennes un "bijou parfumant" au nom original, l'atyche. Le succès est immédiat grâce à la réputation de sa boutique "La Parfumerie des Orchidées" ouverte en 1885 au 245 rue Saint-Honoré, futur navire amiral de la "Société anonyme des parfums Lenthéric" créée en 1924.

Petit bijou en forme de boule ou de coeur, l'atyche est ouvert sur l'extérieur par un petit tube de verre très fin dans lequel l'essence reste piégée par capillarité. Porté près du corps, en bracelet, en collier ou en corsage, l'atyche diffuse le parfum qui s'évapore peu à peu grâce à la chaleur du corps. A une époque où les essences naturelles sont difficiles à "fixer" bien longtemps, les coquettes restent ainsi parfumées jusque tard dans la nuit...
Simple et ordinaire porte-bonheur à offrir pour la modique somme de 5 francs, l'atyche sera vendu plus tard avec le parfum Orkidée lancé en 1894. Il peut devenir un bijou de luxe, en or ou en argent, enrichi de perles, de diamants ou de pierres précieuses, serti dans un écrin précieux et vendu jusqu'à 700 francs, une petite fortune pour l'époque !

Entre les deux guerres mondiales, la société Lenthéric investira le marché américain et s'y développera de manière considérable, les produits phares de la maison étant rebaptisés de noms anglo-saxons pour l'occasion. Risque-Tout deviendra Tweed en 1933, Coeur de Paris deviendra Shanghai en 1934 par exemple.
La quantité prenant le pas sur la qualité, les années 40 voient l'apparition de produits Lenthéric tout public, conteneurs en matières plastiques ou atomiseurs jetables. Après de nombreux rachats, la marque existe toujours et fait aujourd'hui partie du groupe anglais Shaneel Enterprises Ltd.

Si quelques maisons proposent aujourd'hui des bijoux parfumés (Jean-Paul Gaultier ou Bulgari avec sa gamme "Le Gemme"), l'atyche, lui, a rapidement disparu des mémoires et des corsets, laissant derrière lui le sillage d'un parfum poudré évoquant le souvenir d'une autre époque...

(Sources : Internet + "Miniatures de parfum de collection" - Bernard Gangler - Ed. du Chêne)

Tonton Daniel

 

Publicité Le Figaro 29 12 1891

Publicité Le Figaro 29 12 1891

Publicité Le Figaro 26 12 1891

Publicité Le Figaro 26 12 1891

Publicité Le Figaro 26 12 1891

Publicité Le Figaro 26 12 1891

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le parfum, #lexique

Repost 0
Commenter cet article