cma cgm marco polo

Publié le 29 Mars 2017


Bonjour à tous

Lors de son lancement en 2012, le CMA CGM Marco Polo était le navire porte-conteneurs le plus gros du monde. Avec une longueur de 395 mètres, 16 mètres de tirant d’eau, 60 mètres de tirant d'air et une capacité de 16.000 conteneurs (8600 sur le pont et 7400 en cale), il était le sixième d'une série de huit navires de la classe Christophe Colomb armés et affrétés par la compagnie française CMA CGM. Construit en Corée, battant pavillon britannique et géré par un équipage croato-philippin de 25 personnes, le Marco Polo a été affecté dès son habilitation à la "French Asia Line" qui relie l’Asie et le nord de l’Europe. Propulsé par des moteurs Diesel développant une puissance de 108.000 CV, il a livré un record de 163.000 tonnes de marchandises lors de son voyage inaugural et boucle désormais son aller-retour entre Chine et Europe en 77 jours en moyenne. Le périple du navigateur vénitien qui lui a donné son nom avait, lui, duré 26 ans...

Bien que conçus dès l'origine pour réduire leur consommation de carburant, les porte-conteneurs modernes naviguent aujourd'hui en "slow steaming", à la vitesse réduite de 16 noeuds et ne consomment "que" 120 tonnes de fuel par jour au lieu de 300 tonnes à plein régime ! Carburant qui, entre parenthèses, compte parmi les plus polluants de la planète, déchets de pétrole et fuels résiduels qui sont causes d'une pollution de l'air considérable au niveau planétaire. Les voyages sont donc plus longs alors que "le temps est l’ennemi de l’armateur". Afin de réduire coûts d'exploitation (salaires de l'équipage, maintenance, coûts financiers), dépenses liées aux services portuaires (manutention, remorquage, pilotage), dépenses de carburant, péage au Canal de Suez et frais de ports, les armateurs ont donc fait le choix du gigantisme car "le prix d’un navire n’est pas proportionnel à la capacité de celui-ci". Par économie d'échelle, à bateau plus grand, meilleure rentabilité !

Pour cette raison, le record n'a pas duré ! Le Marco Polo est aujourd'hui dépassé par des navires plus récents et plus grands, mesurant 400 mètres, dépassant 200.000 tonneaux et transportant 19.000 conteneurs, qui n'ont pas besoin de stabilisateurs en raison de leur masse et de leur inertie et qui, lancés à pleine vitesse, nécessiteraient sept kilomètres pour s'immobiliser en cas de problème ! En réalité, malgré les tempêtes, la piraterie et quelques avaries mineures, tous ces mastodontes ne s'arrêtent jamais hors escales dans cette incessante course au profit ! Time is money !

Toujours plus gros et toujours plus vite ? Dimension des chantiers navals, taille et profondeur des infrastructures portuaires, hausse des cours du pétrole, chute inévitable du commerce mondial, la course au rendement et au gigantisme des navires porte-conteneurs prendra-t-elle fin pour raisons techniques ou économiques ?

Tonton Daniel

 

cma cgm marco polo

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #transports, #économie

Repost 0
Commenter cet article