Publié le 31 Octobre 2008


Bonjour à tous


Encore un reportage hallucinant sur la chaine Planète hier au soir ! S'appuyant sur l'ouvrage du professeur américain J. Robert Lilly "La face cachée des GI's" (dont l'édition originale en français n'a jamais été publiée en anglais), le réalisateur Patrick Cabouat proposait son film "GI'S la face cachée des libérateurs" pour dénoncer les exactions, viols et meurtres commis par les soldats américains en Europe de 1942 à 1945, loin des films de propagande officielle des armées montrant les GI accueillis partout comme des libérateurs.


S'appuyant sur les archives des tribunaux militaires américains (inexploitées depuis plus de soixante ans), des témoignages poignants de survivants et des documents d'époque marqués "confidential", "restricted" ou "classified", Lilly confirme que 17 000 femmes et enfants auraient ainsi été victimes des viols commis par les GI's en Angleterre, en France et en Allemagne. Sans compter les meurtres, les mutilations, les enlèvements, le chantage, le pillage, le grand banditisme... et les 95 % de viols non déclarés...


Si cela reste le fait d'une minorité parmi les trois millions de soldats américains déployés en Europe à cette période, les preuves et les images sont accablantes, et expliqueraient sans doute l'émergence en Europe du sentiment anti-américain toujours d'actualité aujourd'hui. Isolés ou en groupes, les violeurs étaient souvent ivres de bière, de vin ou de calva troqué contre des cigarettes ou du chewing-gum : "Sexe, calva et be-bop" précise le commentaire qui compare aussi le port de Cherbourg à un petit Chicago envahi d'une "armée de termites" !


L'auteur rappelle que chaque GI recevait des préservatifs dans son paquetage, un "mode d'emploi des populations" décrivant les français comme des pouilleux en guenilles, sales, malhonnêtes, paresseux, décadents et ingrats... et que les exactions furent encore bien pires en Allemagne, pays écrasé, vaincu, humilié et exsangue où certains soldats finirent de se déshumaniser totalement. Alors qu'on y a dénombré 11 500 victimes, les coupables d'exactions en Allemagne furent souvent accusés de simples "relations sexuelles avec des femmes non mariées" !


Polémique dans la polémique, les sanctions ne furent pas les mêmes pour tous les coupables, les soldats noirs étant plus souvent punis et exécutés publiquement par pendaison que leurs compagnons d'armes blancs, l'armée américaine étant alors "l'une des institutions les plus ségrégationnistes" qui soit. En Angleterre, 19 pendaisons furent conduites sur l'ordre direct du Général Eisenhower, à qui le maréchal Juin demanda plus tard en France d'arrêter les troubles et l'insécurité instaurée par quelques 10 000 GI déserteurs sur le territoire français.


Le reportage conclut en demandant qui fera les recherches équivalentes sur les exactions commises par les Russes sur le front de l'est ou les Français pendant la campagne d'Italie... L'Amérique a libéré l'Europe du nazisme ? Oui, mais à quel prix !


Il me revient enfin en mémoire les excuses que me présenta en 1992 un vieil américain rencontré à l'étranger pour avoir bombardé la Normandie en 1944 : peut-être avait-il autre chose à avouer ? Je ne le saurai jamais !


Les dates de diffusion du reportage sur la chaine Planète :


> 30 Octobre  2008 à 21h40
> 31 Octobre  2008 à 11h15
> 05 Novembre 2008 à 01h50
> 06 Novembre 2008 à 11h20
> 10 Novembre 2008 à 08h50
> 18 Novembre 2008 à 11h20
> 21 Novembre 2008 à 02h05


Tonton Daniel


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #histoire, #télévision

Repost 0

Publié le 30 Octobre 2008


Bonjour à tous


Tout le monde connait le mont Rushmore dans le Dakota du sud aux Etats-Unis grâce à ses gigantesques sculptures représentant les visages de quatre présidents américains. Sculptés de 1927 à 1941, les visages hauts de 18 mètres, représentent George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln, et sont apparus au cinéma dans des films aussi différents que La mort aux trousses, Superman II, Benjamin Gates ou Mars attacks.


Cette oeuvre monumentale a toujours été sujet de polémique car sculptée sur une montagne sacrée pour les indiens indigènes (Sioux Lakota), perdue par eux lors de guerres sanglantes avec le gouvernement américain entre 1876 et 1877. Le sculpteur en charge des travaux, Gutzon Borglum, fut lui-même sujet à controverse car en relation avec le Ku Klux Klan.


Une fondation privée, la "Crazy Horse Memorial Foundation", a été créée par des descendants d'indiens Lakota pour financer et créer un autre monument en mémoire du chef indien Crazy Horse en réponse à l'oeuvre du mont Rushmore et pour "montrer le caractère sacré de la région pour les Amérindiens". Commencé en 1948 par le sculpteur Korczak Ziólkowski, le monument doit représenter Crazy Horse, "monté sur un cheval et pointant le doigt vers l'horizon". Situé à 13 km du Mont Rushmore, il est toujours inachevé en raison de sa taille (la tête mesure 27 mètres pour un projet de 195 m de longueur et 172 m de hauteur), du financement privé (les fonds proposés par le gouvernement fédéral ont été refusés) et de la mort du sculpteur Ziólkowski en 1982. Seule la tête, inaugurée en 1998, est aujourd'hui achevée grâce à la fondation et aux descendants du sculpteur. A terme, le mémorial devrait grouper autour de la statue une université, un centre médical, un centre éducatif et culturel et un musée. Le tout financé par des dons privés et la vente de billets d'entrée (un million de visiteurs annuels).


Mais une nouvelle polémique a vu le jour, car de nombreux Lakota et Amérindiens traditionalistes s'opposent à ce mémorial : "L'idée même de faire d'une montagne magnifique et sauvage une statue [de Crazy Horse] est une pollution du paysage. Cela va à l'encontre de l'esprit de Crazy Horse". Ce dernier, qui refusait de se laisser photographier, a été enterré à sa demande dans un endroit secret "où son corps ne serait jamais retrouvé" !


Encore une fois, pragmatisme et idéologie s'opposent : à l'instar de Soeur Emmanuelle qui refusait des funérailles grandioses et pour qui le tout Paris s'est malgré tout réuni à Notre-Dame de Paris, le chef Crazy Horse est aujourd'hui immortalisé dans la pierre par des inconscients qui n'ont pas compris son message !


http://www.crazyhorse.org/


http://fr.wikipedia.org/wiki/Crazy_Horse_Memorial


http://fr.wikipedia.org/wiki/Tashunca-Uitco


Tonton Daniel


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #USA

Repost 0

Publié le 29 Octobre 2008


Bonjour à tous


Où peut-on voir à Paris des rats en quantité dans un endroit très fréquenté ?
Réponse : aux Halles, dans la vitrine étonnante d'un magnifique magasin à l'ancienne, celle de la maison Aurouze, spécialiste de la "destruction des animaux nuisibles" ! Ces rats sont morts et empaillés depuis 1925 ! Curieuse publicité !


http://tontondaniel.over-blog.com/article-17501433.html


http://tontondaniel.over-blog.com/article-5119772.html


Tonton Daniel

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2008


Bonjour à tous


Et celle-ci ? Vous vous en souvenez ?

 

 

Tonton Daniel

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #publicité

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2008


Bonjour à tous


Petit clin d'oeil à la soirée d'hier :


"Les copains d'abord


Paroles et Musique: Georges Brassens (1964)


Non, ce n'était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau
Qu'on se le dise au fond des ports
Dise au fond des ports
Il naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord


Ses fluctuat nec mergitur
C'était pas d'la littérature
N'en déplaise aux jeteurs de sort
Aux jeteurs de sort
Son capitaine et ses mat'lots
N'étaient pas des enfants d'salauds
Mais des amis franco de port
Des copains d'abord


C'étaient pas des amis de luxe
Des petits Castor et Pollux
Des gens de Sodome et Gomorrhe
Sodome et Gomorrhe
C'étaient pas des amis choisis
Par Montaigne et La Boétie
Sur le ventre ils se tapaient fort
Les copains d'abord


C'étaient pas des anges non plus
L'Évangile, ils l'avaient pas lu
Mais ils s'aimaient toutes voiles dehors
Toutes voiles dehors
Jean, Pierre, Paul et compagnie
C'était leur seule litanie
Leur credo, leur confiteor
Aux copains d'abord


Au moindre coup de Trafalgar
C'est l'amitié qui prenait l'quart
C'est elle qui leur montrait le nord
Leur montrait le nord
Et quand ils étaient en détresse
Qu'leurs bras lançaient des S.O.S.
On aurait dit des sémaphores
Les copains d'abord


Au rendez-vous des bons copains
Y avait pas souvent de lapins
Quand l'un d'entre eux manquait à bord
C'est qu'il était mort
Oui, mais jamais, au grand jamais
Son trou dans l'eau n'se refermait
Cent ans après, coquin de sort
Il manquait encore


Des bateaux j'en ai pris beaucoup
Mais le seul qui ait tenu le coup
Qui n'ait jamais viré de bord
Mais viré de bord
Naviguait en père peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s'app'lait les Copains d'abord
Les Copains d'abord."


Tonton Daniel

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paroles et musique

Repost 0