Publié le 31 Octobre 2011


Bonjour à tous

 

A tous ceux qui ne sont jamais venus à Dieppe, le nom de la ville évoque aussitôt les reines Hortense de Hollande ou Ranavalo de Madagascar, les bains de mer, les peintres impressionnistes, les paquebots à vapeur, le casino mauresque et la sole à la dieppoise !

 

Hélas, grandeur et décadence, l'auréole de ce passé glorieux a quasiment disparu... Aujourd'hui, la ville offre partout un air de décrépitude et de pauvreté inattendu pour une station balnéaire. Il faut monter sur les hauteurs du Pollet, ancien quartier d'habitation des marins dieppois désormais à l'abandon, pour comprendre le sens de l'Histoire.

 

Tout d'abord, malgré quelques travaux récents autour du port de pêche et du port de plaisance, les grues rouillent sur des quais déserts devant des chalutiers hors d'âge. Le port de commerce autrefois l'un des plus importants de France a lui aussi été progressivement délaissé après l'ouverture du tunnel sous la Manche.
En centre ville, les commerces en liquidation, les immeubles en ruine et les trottoirs sales du passage de nombreux chiens laissent péniblement accès à l'église Saint-Jacques, principal monument religieux de la cité. Elle aussi en raison de son grand âge et de l'air marin a subi les ravages du temps qui passe : pierres noircies, mousses en façade, dentelles de pierre effondrées, vitraux remplacés par de simples vitres... Jusqu'aux voûtes gothiques de la nef cachées par un filet protégeant les fidèles des fientes d'oiseaux !
Ajoutez enfin par endroits, notamment sur la très laide jetée en béton qui ouvre le port, des odeurs de vase, d'urine et de pourriture, et vous aurez un panorama à peu près complet de la plage la plus proche de Paris.

 

Le seul élément qui justifie peut-être le voyage est le musée du vieux château fort sur la falaise ouest. Il expose une des plus belles collections d'ivoire sculpté de France et présente quelques tableaux de maitre, Renoir, Pissarro, Isabey, Van Dongen, Oudry, Braque, Turner..., images et vestiges d'un temps bien lointain !

 

Heureusement, il reste un site naturel intemporel, le chant des vagues sur la longue plage de galets ronds, le cri des mouettes rentrant de leur pêche en mer et le lever du soleil sur les falaises de craie blanche quand la ville dort encore...
Malgré le calme et l'excellent accueil hôtelier, il n'est pas certain que je revienne...

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dieppe_(Seine-Maritime)

 

http://collections.musees-haute-normandie.fr/collections/museums/1136

 

Tonton Daniel

 

Le lever de soleil ce matin sur Dieppe :

 

 

 

lever de soleil dieppe

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #sur les routes de france

Repost 0

Publié le 29 Octobre 2011


Bonjour à tous

 

Connaissez-vous cette fable moderne dont la morale est... immorale ? Les homards seraient des animaux... immortels !

 

On sait depuis quelques années que le vieillissement d'un organisme vivant (champignon, épagneul breton ou homme politique) est causé par la mauvaise réplication de ses cellules, phénomène expliqué avec le temps par l'usure et le raccourcissement progressif des brins d'ADN. L'extrémité des chromosomes contenant l'ADN est appelée télomère, et de la longueur aléatoire de ceux-ci dépend donc la faculté pour chaque individu de vieillir plus ou moins vite. Pas très égalitaire, mais si la Nature était équitable et impartiale, cela se saurait !

 

Dans le cas du homard, ses cellules bénéficient de la production permanente d'une enzyme, la télomérase, qui renouvèle les télomères de ses chromosomes à chaque réplication de cellules. Celles-ci ne vieillissent pas... et l'animal non plus ! On le répète, la vie est injuste, et les homards ne rejoignent donc le paradis des crustacés qu'après avoir rencontré un pêcheur ou un autre prédateur...

 

Ne vous précipitez pas chez votre poissonnier pour y chercher une nouvelle source de jouvence. Evitez plutôt le stress qui, lui aussi comme l'âge, fait raccourcir les télomères à grande vitesse !

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Homard

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/T%c3%a9lom%c3%a8re

 

http://tontondaniel.over-blog.com/article-25897828.html

 

Voir aussi "La quête de l'immortalité", documentaire de Sonya Pemberton diffusé en ce moment sur France 5.

 

Tonton Daniel

 

Complètement gaga, ce homard :

 

 

 

le homard de lady gaga

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #zoologie

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2011


Bonjour à tous

 

Sacré paradoxe ! L'article suivant nous explique pourquoi planter des arbres détruit l'environnement ! On comprendra évidemment que l'auteur dénonce le déboisement de forêts primaires au profit de monocultures beaucoup plus rentables pour l'industrie :

 

"Pour satisfaire la forte demande de papier des pays riches, les monocultures d’arbres connaissent une expansion rapide dans le Sud.

 

"Les spécialistes du monde entier qui se sont réunis le mois dernier à Montevideo – la capitale de l’Uruguay – ont lancé une mise en garde contre l’expansion rapide des monocultures forestières [plantations ne comportant qu’une seule essence d’arbre] dans certains pays en développement. Ce phénomène, favorisé par des coûts de production peu élevés et des incitations gouvernementales, a de graves conséquences sociales et environnementales. Avec la prolifération des plantations d’arbres à croissance rapide et à forte consommation d’eau pour la production de pâte à papier et d’autres usages industriels, les “déserts verts” envahissent les terres fertiles d’Amérique du Sud et d’autres régions du monde.

 

“La consommation annuelle de papier en Europe s’élève à 350 kilos par personne, dont la moitié est destinée à l’emballage, alors qu’au Brésil et en Uruguay, la moyenne est de 50 kilos”, indique le Brésilien Winfridus Overbeek, coordinateur international du Mouvement mondial pour les forêts tropicales, dont le siège est situé en Uruguay. Comme il n’y a plus assez d’espace en Europe et en Amérique du Nord pour satisfaire ces besoins, les entreprises concentrent leur production dans les pays en développement du Sud, explique-t-il.

 

Dans plusieurs pays d’Amérique latine mais aussi en Afrique australe et en Asie, les monocultures d’eucalyptus et de pins se développent. Le mécanisme de développement propre (MDP), l’un des mécanismes de flexibilité introduits par le protocole de Kyoto, autorise les pays développés à continuer d’émettre des gaz à effet de serre pourvu qu’ils compensent leur pollution en investissant dans des projets susceptibles de stimuler le développement local et de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les pays en développement. “L’une des solutions est précisément la plantation d’arbres à grande échelle”, déplore M. Overbeek. Pour Guadalupe Rodríguez, membre de l’ONG allemande Rainforest Rescue, “les monocultures forestières sont en apparence une bonne chose, elles sont vertes et jolies. Mais si vous y pénétrez, vous n’entendrez pas un seul oiseau. Il n’y a rien, juste le silence. Dans les forêts tropicales humides, en revanche, on entend des cris d’animaux et le murmure de l’eau. Elles fourmillent de vie.”

 

Le Brésil est un cas représentatif de la manière dont l’expansion des plantations affecte les populations locales. Selon M. Oberbeek, le pays compte environ 7 millions d’hectares boisés, principalement des plantations d’eucalyptus, “concentrées dans les régions les plus fertiles et les plus peuplées”. “On estime, poursuit-il, que 50 000 familles qui vivaient de l’agriculture sur ces terres ont été déplacées dans l’Etat d’Espírito Santo, dans le sud-est du pays”, où le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre compte déjà dix campements. Philip Owen, le fondateur de Gea­sphere, un groupe de pression écologiste dont le siège est en Afrique du Sud, cite quant à lui la province du Mpumalanga, dans le nord-est du pays, où les plantations d’eucalyptus et de pins ont asséché la nappe phréatique, les ruisseaux et les rivières. Ces monocultures ont également des effets néfastes sur la biodiversité et leurs conséquences sont désastreuses pour les prairies, car elles bloquent le passage de la lumière, sans laquelle l’herbe ne peut pousser. Le militant sud-africain explique que les prairies agissent comme une éponge en absorbant la pluie et l’humidité et que, sans elles, l’eau peut provoquer une érosion des sols et des inondations."

 

Auteur : Inés Acosta pour The Guardian

 

(source : http://www.courrierinternational.com/article/2011/10/27/l-extension-alarmante-des-deserts-verts)

 

http://tontondaniel.over-blog.com/article-20114202.html

 

Tonton Daniel

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #arbres

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2011


Bonjour à tous

 

Le saviez-vous ? Les premiers pots à bière furent munis de couvercles dès le XIVe siècle afin de protéger la boisson pendant les épidémies de peste et les pots devinrent ainsi... des chopes !
Plus tard, l'hygiène laissa place au plaisir : on conserva les couvercles car ils permettaient de conserver la bière dans la chope à une température constante et, pour ceux qui buvaient leur pinte lentement, d'éviter que le produit ne s'évente.
Enfin, au XIXe siècle, apparurent les chopes en verre et les couvercles en étain au décor richement ciselé pour le plus grand plaisir des collectionneurs et des riches amateurs.

 

Aujourd'hui, laisser le couvercle de sa chope ouvert permet de signaler que son verre est vide ! Patron, remettez-nous çà !

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chope

 

http://www.houblon.net/spip.php?article1071

 

Tonton Daniel

 

 

 

chope

 

 

chopes

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous

Repost 0

Publié le 23 Octobre 2011


Bonjour à tous

 

J'ai toujours cru que la Cité Universitaire de Paris était comme la Cité Interdite de Pékin, fermée, hermétique, accessible aux seuls initiés. Bien au contraire ! Ouvert au public, le campus situé au sud de la capitale face au parc Montsouris est un havre de paix où flamboyaient aujourd'hui les arbres centenaires sous un magnifique soleil automnal !

 

Créée à l'issue de la première guerre mondiale afin d'accueillir des étudiants du monde entier, la Cité Universitaire devait avant tout symboliser la réconciliation entre les peuples. Pari réussi dès l'origine avec la création autour d'une pelouse centrale de 37 fondations, maisons, collèges et résidences de tous les styles sous la baguette d'architectes célèbres ou non qui ont recréé un petit monde en réduction : temple grec et maison flamande cotoient façades élizabethaines et toitures en pagode comme une Babel horizontale ou une exposition internationale en miniature !

 

Héritage international des phalanstères ouvriers du XIXe siècle, cette moderne "Cité Idéale" regroupe théâtre, bibliothèque, piscine, gymnase, équipements sportifs et culturels. La Cité a également accueilli le premier self-service européen dès 1936, mais on n'y trouve aucun lieu de culte, l'endroit devant être universel, neutre et laïc. Bref, une petite utopie qui fonctionne toujours très bien aujourd'hui.

 

Non, décidément, la Cité Universitaire de Paris n'est pas une Cité interdite ! C'est même tout le contraire !

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cit%C3%A9_internationale_universitaire_de_Paris

 

http://www.ciup.fr/

 

Tonton Daniel

 

 

cité universitaire de paris

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Repost 0