Publié le 29 Janvier 2013


Bonjour à tous

 

Des os de dinosaures, des poissons dans des bocaux de formol, un requin naturalisé dont le ventre ouvert laisse échapper de la paille, la dépouille des phoques Léon et Arthur, anciens pensionnaires du Jardin Public de la ville, des insectes, des oiseaux sous cloches, des coquillages, des fossiles aussi anciens que les vitrines en bois qui les abritent, voici le muséum Emmanuel Liais à Cherbourg et son inventaire à la Prévert, musée le plus extravagant qui soit, de ceux qu'on ne peut plus trouver qu'en province, loin du faste des musées de la capitale et où le visiteur est accueilli par deux mamies qui tricotent !

 

Ouvert en 1910, ce cabinet de curiosités présente des objets et des trésors incroyables rapportés à Cherbourg par les marins normands de toutes les mers du globe depuis bientôt deux siècles. Le temps semble ici s'être arrêté, et le musée rappelle en réduction le Muséum d'Histoire Naturelle ou le Musée de l'Homme à Paris avant leur rénovation...

 

Après l'Histoire Naturelle au rez-de-chaussée, le premier étage est consacré aux collections d'ethnographie. On trouve ici une momie dans son sarcophage, une carte de l'ancienne Afrique Equatoriale Française, un kayak inuit, des lanternes chinoises, des reproductions des fresques de Lascaux, le tout exposé dans des petites pièces sombres et encombrées où les plâtres se décollent... mais dont toute poussière est absente ! On serait presque déçu !

 

A l'extérieur, toute la ville de Cherbourg semble elle aussi figée dans le passé... Entendez-vous la sirène du Titanic en train d'appareiller pour son ultime voyage ?

 

Tonton Daniel

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #sur les routes de france

Repost 0

Publié le 25 Janvier 2013


Bonjour à tous

 

On ne se méfie jamais assez des critiques littéraires parues dans la presse ! Dans l'une d'entre elles, j'ai relevé que "L'Hiver indien", roman de Frédéric Roux paru en 2008, était "drôle, picaresque et fou", autant de bonnes raisons d'acheter ce gros bouquin prometteur... J'aurais dû me méfier dès la couverture, une baleine sautant dans une eau grise et froide sur fond de ciel noir, promesse de tempête et de désillusions...

 

De nos jours aux Etats-Unis, des indiens désenchantés et sans projet d'avenir décident un beau matin de retrouver leur fierté et leur identité en partant à la chasse à la baleine, activité pratiquée par leurs ancêtres et oubliée depuis. Dans un décor grandiose et bucolique, l'ouest des USA, les forêts de pins géants et de cèdres rouges, les aigles chauves, les grands espaces et l'océan Pacifique, la vie de ces amérindiens est plutôt rythmée par la misère, la crasse, la noirceur, la violence, l'alcool, la prison, le suicide... C'est l'Amérique des laissés-pour-compte, celle des pick-ups, des fusils de chasse, des vétérans du Vietnam, des caravanes Airstream et des pendules publicitaires Coca-Cola... La face sombre d'une civilisation où, à lire Frédéric Roux, "ivrognerie et alcoolisme sont les expressions de la déculturation des indiens"... Réalité ou exagération ?

 

Après l'été indien et ses flamboyances, voici donc l'hiver indien et sa grisaille, la confrontation entre deux cultures incompatibles et l'histoire vraie des Makahs, tout un monde qui se meurt à petit feu sans espoir de retour... Le livre n'est ni drôle ni fou, les caractères sont exagérément caricaturaux, l'ambiance plus que morose... A éviter dans les transports en commun un jour de grève !

 

"C'est pas les dieux qui sont terribles, ce sont les hommes qui croient en eux..." (p.74)

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Makahs

 

http://www.makah.com/

 

Tonton Daniel

 

 

l'hiver indien

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature

Repost 0

Publié le 23 Janvier 2013


Bonjour à tous

 

Malgré son grand âge, un ciel plombé et le froid de l'hiver, le Palais Rose du Vésinet avait encore fière allure ce matin. Cette villa privée construite en 1899 sur la commune du Vésinet près de Paris est une réplique miniature du célèbre Grand Trianon de Versailles. Passé de main en main au fil des ans, le Palais Rose abrita entre autres le comte Robert de Montesquiou et l'extravagante marquise Luisa Casati, fut le cadre de fêtes somptueuses à la Belle Epoque, reçut Marcel Proust, Sarah Bernhardt et le Tout-Paris. Le colonel Charles de Gaulle séjourna au début de la campagne de France en mai 1940 dans l'Ermitage, maison blanche faisant partie du domaine, quelques jours avant d'être nommé général de brigade et un mois avant le célèbre appel du 18 juin. Inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques, le Palais Rose reflétait aujourd'hui sa magnifique silhouette sur la surface gelée du Grand Lac des Ibis où s'ébrouaient quelques canards indifférents à l'Histoire...

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_Rose_du_V%C3%A9sinet

 

http://tontondaniel.over-blog.com/article-le-dandysme-ou-la-creation-de-soi-113739313.html

 

Tonton Daniel

 

 

le palais rose du vesinet

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Repost 0

Publié le 20 Janvier 2013


Bonjour à tous

 

Formidable témoignage cet après-midi à la télévision que celui de Bernard Ollivier, président fondateur de l'association Seuil oeuvrant pour la réinsertion des adolescents en grande difficulté par la marche à pied ! Cet ancien journaliste de 75 ans a tout simplement déclaré que la découverte de la marche à pied lui avait sauvé la vie après une forte dépression nerveuse. Jeune retraité, il entame un périple à pied tout au long de la mythique route de la soie entre Istamboul et la Chine et témoigne de son périple dans son récit en trois volumes "Longue marche". A son retour, s'appuyant sur le travail de l'association flamande Oikoten, il crée Seuil en 2000 afin d'aider des jeunes en difficulté, leur redonner confiance en leurs capacités et changer leur appréhension du monde extérieur.

 

"La marche Seuil s'adresse à des jeunes, garçons et filles, agés de 15 à 18 ans, relevant des services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) dépendant du Ministère de la Justice et des services de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE) dépendant des départements de résidence des jeunes. La marche peut être proposée comme alternative à une incarcération ou comme aménagement de peine." Les résultats de cette aventure à l'étranger (Allemagne, Italie, Espagne) sont très efficaces et ont déjà aidé une centaine de jeunes à se réinsérer dans la Société.

 

Bernard Ollivier a su regrouper deux idées que j'ai développées indépendamment par ma double expérience de voyageur et d'ancien dépressif : marcher fait du bien à l'âme (http://tontondaniel.over-blog.com/article-solviture-ambulando-52381454.html) et envoyer des jeunes (en difficulté ou non) à l'étranger leur permettra de relativiser les petits soucis de leur environnement quotidien, de développer de meilleurs rapports sociaux et, par là, de favoriser à leur retour une meilleure intégration dans la société des Hommes.

 

Dans le cadre de son pôle associatif, les dons à l'association sont acceptés.

 

http://assoseuil.org/

 

http://www.questions-de-societe.org/delinquance/ce-qui-marche-ailleurs/la-marche-de-la-derniere-chance

 

Tonton Daniel

 

 

seuil

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #associatif et caritatif

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2013


Bonjour à tous

 

Définition (adjectif) : obscur, inintelligible... Se dit d'un écrit, d'un style ou d'un discours.

 

Synomymes : tarabiscoté, embrouillé, confus, alambiqué, incohérent, incompréhensible...

 

Citations :

 

- "Les mots nouveaux créés par les événements, ou ceux que le caprice met à la mode, prêtent d'abord à la conversation de ceux qui s'en servent je ne sais quoi d'amphigourique et d'obscur qui leur donne une supériorité soudaine, ils paraissent profonds à ceux qui ne les comprennent pas."
(Honoré de Balzac, Les Mots à la mode, 1830)

 

- "Il s'exprimait avec une emphase qui tenait lieu d'esprit, et trouvait le moyen de servir à chacun un compliment amphigourique."
(André Gide, Les Faux-monnayeurs, 1925)

 

Etymologie : du substantif "amphigouri", lui-même d'origine inconnue !

 

Un blog amphigourique ? Mais non !

 

Tonton Daniel

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #lexique

Repost 1