Publié le 28 Avril 2013


Bonjour à tous

Râleur, le Parisien ? Allons donc ! Il s'exprime ! Voici l'idée n°48 du bouquin de Marie Messager et Sophie de La Rochefordière "100 trucs à faire à Paris" (Ed. La compagnie du livre). Que ceux qui ne s'y retrouvent pas me jettent la première Tour Eiffel en plastique :

"Essayer, au moins une fois, de ne pas râler contre : le métro qu'il faut attendre, les gens qui vous dévisagent, bousculent, mettent les coudes dans les côtes, écrasent les pieds, ceux qui ont oublié de mettre du déo et vous collent leurs aisselles sous le nez, les feux rouges, ceux qui fument en terrasse pendant que vous mangez, ceux qui se plaignent qu'on fume en terrasse, la ligne 13, la queue, les magasins fermés le dimanche, le manque d'espaces verts, les vieilles qui râlent, poussent, tapent de la canne dans le bus, les gens stressés, ceux qui se trainent quand on est pressé, les grévistes, la chaleur, la pluie, les trottoirs qui glissent, la ligne 12, le boulanger qui n'a plus de baguettes à 19h55, les gamins qui courent dans tous les sens, le manque de place de parking, le dernier métro, les jeunes pleins d'hormones qui parlent fort, l'absence d'Ikea dans Paris, les jeunes filles qui poussent des cris hystériques, les pigeons, ceux qui ne tiennent pas la porte, les parisiens provinciophobes, les provinciaux qui vivent à Paris depuis 30 ans et continuent à râler contre Paris, la ligne 4, les touristes, les parisiens-qui-se-la-racontent, ceux qui sont mal habillés, les bouchons, le prix des loyers, des tickets de métro, des sandwiches, des expos, des cafés, des PV, les chauffeurs de taxi..."

"Les trottoirs qui glissent" = "Merci Médor !" (Traduction Tonton Daniel)

http://tontondaniel.over-blog.com/article-l-embarras-de-paris-68691622.html

http://tontondaniel.over-blog.com/article-17501433.html

Tonton Daniel

les râleurs de paris

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Repost 0

Publié le 27 Avril 2013


Bonjour à tous

Vous prenez le métro régulièrement, vous avez croisé un regard la semaine dernière mais vous êtes timide ? Le site croisedanslemetro.com est fait pour vous !

Depuis novembre 2008, il permet aux usagers du métro, du train ou du tramway de se laisser aller à la confidence amoureuse avec le choix par ville (Paris, Lyon, Marseille, Rennes, Toulouse...) puis par ligne, par station, par réseau... Si avec tout çà, vous ne retrouvez pas celui ou celle sur qui vous avez flashé... Plus romantique, y'a pas !

Sinon, vous pouvez aussi regarder les gens autour de vous et lâcher un peu votre smartphone...

"Chaque jour, il y a des millions de passagers dans les transports en commun des grandes villes. Cela fait beaucoup de personnes qui se croisent sans se voir. Nous souhaitons faciliter les rencontres de ces gens."

http://www.croisedanslemetro.com/

http://blog.croisedanslemetro.com/

(Source : 100 trucs à faire à Paris - Marie Messager et Sophie de La Rochefordière - Ed. La compagnie du livre)

Tonton Daniel

croisé dans le métro

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #transports

Repost 0

Publié le 23 Avril 2013


Bonjour à tous

 

Vu et entendu pendant le journal télévisé de France 2 hier soir : des chauffards allemands préfèrent purger leur peine en prison plutôt que de payer leurs multiples contraventions. Avec un lit, un repas et une activité rémunérée à 13€ par jour, ce sont un millier d'allemands qui choisissent régulièrement ce "tourisme pénitentiaire" plutôt que de régler leurs dettes à l'administration fiscale.

 

Berlin commencerait à s'émouvoir du phénomène : non seulement l'exemplarité de la peine devient inexistante et les récidives sont de plus en plus fréquentes, mais le calcul a été vite fait ! Une journée de détention coûte à la collectivité 111€ par détenu, soit un coût total de 120 millions d'euros par an, bien plus que la totalité des amendes initiales !

 

Cherchez l'erreur !

 

A rapprocher de ces retraités japonais qui commettent volontairement des délits pour aller en prison et y manger à leur faim :

http://tontondaniel.over-blog.com/article-26911517.html

 

Et, pour bousculer les idées reçues, un petit rappel sur l'Allemagne pauvre :

http://tontondaniel.over-blog.com/article-20227997.html

 

Tonton Daniel

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #europe

Repost 0

Publié le 21 Avril 2013


Bonjour à tous

 

Inauguré à Paris en 1807 non loin du célèbre "Boulevard du Crime", le théâtre des Variétés est devenu depuis deux siècles un des "monuments" du théâtre parisien. Pendant deux cent ans se sont succédés sur sa scène tous les grands noms du théâtre, de l'opérette et de la comédie qui y ont interprété des textes classiques, des opérettes d'Offenbach, des comédies de Labiche, des oeuvres de Marcel Pagnol, des intrigues de sacha Guitry ou des pièces plus contemporaines.

 

Sur les planches, Frédérick Lemaître, Pauline Déjazet, Hortense Schneider, Réjane, Yvette Guilbert, Sarah Bernhardt, Mistinguett, Raimu, Jules Berry, Elvire Popesco, Maurice Chevalier... et plus près de nous Fernand Raynaud, Raymond Devos, Thierry le Luron, Barbara, Louis de Funès, Fernandel, Danielle Darrieux, Jean-Paul Belmondo... tous ont triomphé sur cette scène mythique, applaudis sous le monumental lustre en cristal, le velours rouge et les stucs dorés par de nombreux spectateurs illustres, le consul Cambacérès, l'empereur Napoléon III, le prince de Galles, le Tsar de Russie, le chancelier Bismarck, le vice-roi d'Egypte Ismail Pacha ou l'Empereur François-Joseph.

 

Fidèle à la tradition du théâtre de boulevard, les Variétés présentent aujourd'hui "Adieu, je reste !" d'Isabelle Mergault : deux femmes que tout oppose (l'épouse et la maitresse d'un même homme dont l'une doit supprimer l'autre !) vont s'apprivoiser mutuellement et apprendre à mieux connaitre le mari infidèle. Dans une mise en scène signée Alain Sachs, les deux têtes d'affiche aux fortes personnalités et aux voix irrésistibles s'en donnent à coeur joie ! Dans une salle comble et surchauffée, les deux "seconds rôles" masculins, Jean-Marie Lecoq et Jean-Louis Barcelona, réussissent à ne pas être écrasés par leurs partenaires, les rires s'enchainent grâce aux jeux de scène, aux accessoires truqués, aux bons mots et à l'abattage des comédiens.

 

Isabelle Mergault a depuis longtemps prouvé ses multiples talents d'actrice, de comédienne, de scénariste et de réalisatrice. Avec sa verve, son humour, son cheveu sur la langue et son sens de l'autodérision, elle a fait pendant longtemps les beaux jours des "Grosses têtes" de Philippe Bouvard. Son premier film sorti en 2006, "Je vous trouve très beau", résume très bien l'intelligence et la sensibilité qui la caractérisent.

 

Quant à Chantal Ladesou, après une longue carrière au cinéma, à la télévision et sur scène (on se souvient de son rôle excentrique dans la pièce "les Amazones"), sa présence comique, ses mimiques et son timbre de voix la rendent indispensable ! L'association de ces deux "natures" ressemble à un cocktail pétillant et vitaminé, plein de couleurs et de surprises ! Des comédiennes comme on les aime, qui n'oublient pas, après de multiples rappels et tombers de rideau, d'applaudir elles aussi leur public !

 

Merci mesdames pour cet excellent moment ! Vous restez ? Alors nous reviendrons !

 

http://www.theatre-des-varietes.fr/

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre_des_Vari%C3%A9t%C3%A9s

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Mergault

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chantal_Ladesou

 

Tonton Daniel

 

 

adieu je reste

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Repost 0

Publié le 17 Avril 2013


Bonjour à tous

 

En dehors des historiens et de quelques touristes égarés, qui connait encore la tour de Jean-sans-peur à Paris ? Adossée à l'enceinte de Philippe Auguste dont la base est encore visible au sous-sol et indifférente à la vie animée du quartier, elle reste le dernier vestige du palais des ducs de Bourgogne bâti au XVe siècle et demeure un magnifique témoignage architectural du Paris médiéval.

 

Une fois entrés, nous voici propulsés 600 ans en arrière, en novembre 1407 ! Le duc de Bourgogne Jean-sans-peur vient de faire assassiner son cousin, Louis d'Orléans, frère du roi Charles VI. Les anglais servent d'arbitres au duel opposant Armagnacs et Bourguignons qui se disputent la couronne de France. Après de multiples péripéties, le vent tourne pour le duc Jean qui fait construire la tour par des tailleurs de pierre en un temps record afin de se protéger contre d'éventuelles représailles. Palais ducal oblige, il y impose un style flamboyant : l'escalier à vis, inspiré de celui construit par Charles V au Louvre, est très large pour l'époque et se termine par une des plus belles voûtes sculptées encore visible aujourd'hui en France. Des branches de chêne y symbolisent puissance et longévité pour Philippe le Hardi, des branches de houblon, plante du nord, représentent Jean-sans-peur, flamand par sa mère, et l'aubépine "à la blancheur virginale évoque Marguerite de Flandres, mère du duc Jean".

 

Voici d'abord un sas extérieur de dix mètres de haut, défendu par des grilles aujourd'hui disparues, interdisant tout assaut et empêchant "toute tentative d'incendier les planchers". Puis vient la "chambre de l'écuyer", dont les latrines, les plus anciennes de Paris, sont chauffées car adossées judicieusement à la cheminée voisine ! Sur les murs, l'emblème choisi symboliquement et perfidement par le duc Jean est sans équivoque : un rabot dont la silhouette est présente partout, sur les vitraux, les tentures, les tympans de portes, seul outil capable "d'aplanir les obstacles" et de s'attaquer aux armes de Louis d'Orléans, un gourdin de bois ! Dans un coin, des hommes jouent aux échecs. En face, des dames de haut lignage filent du lin avec leurs quenouilles...

 

Montons d'un étage et entrons dans la chambre ducale où le duc Jean nous reçoit sur son trône dans son habit de velours. Revenant de la chasse, il nous rappelle que son mobilier, ses coffres, ses tentures, sa vaisselle... le suivent dans tous ses déplacements. Il nous invite enfin dans les combles, où son père Philippe le Hardi, son fils Philippe le Bon et son petit-fils Charles le Téméraire nous attendent en habits de cérémonie et parés des insignes de la Toison d'or. Allons-nous passer à table pour un banquet fastueux éclairé aux chandelles ou avons-nous le temps de lire un livre et d'écouter l'aubade d'un troubadour ?

 

Il est hélas temps de redescendre. Mais avant de quitter les lieux, passons rapidement à l'extérieur, dans le minuscule jardin où sont présentés d'autres vestiges du Paris médiéval : le prieuré de Saint-Martin-des-Champs, le donjon du Louvre, la Bastille, le château de Vincennes, la Conciergerie, l'hôtel de Cluny, la maison de Nicolas Flamel et bien d'autres...

 

Il est temps de remonter à cheval, de quitter la fraicheur des lieux et de nous en retourner sous le chaud soleil printanier dans notre humble demeure...

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_Jean-sans-Peur

 

http://www.tourjeansanspeur.com/

 

Tonton Daniel

 

Quelques photos prises ce jour :

 

 

tour jsp 1

 

 

tour jsp 2

 

 

tour jsp 3

 

 

tour jsp 4

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Repost 0