Publié le 27 Novembre 2013


Bonjour à tous

En attendant l'ouverture en 2014 de la réplique de la grotte Chauvet Pont-d'Arc dans l'Ardèche, retournons en Périgord visiter (virtuellement) la grotte ornée de Lascaux en cliquant sur le lien suivant :

http://lascaux.culture.fr/#/fr/00.xml

Et aussi :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grotte_de_Lascaux

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grotte_Chauvet

http://www.lagrottechauvetpontdarc.org/la-replique/

http://tontondaniel.over-blog.com/article-7089985.html (Sites préhistoriques en Périgord)

http://tontondaniel.over-blog.com/article-13551830.html (Lascaux et les étoiles)

Tonton Daniel

lascaux en 3D

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #histoire

Repost 0

Publié le 19 Novembre 2013


Bonjour à tous

Albert Camus l'avait surnommée la "Joconde noyée", Aragon parlait d'une "morte belle éternellement" et Jules Supervielle trouvait son sourire "plus résistant qu'un sourire de vivante". En 1880, telle l'Ophélie de Shakespeare, le corps d'une jeune fille semblant plus endormie que morte est repêché dans la Seine à Paris. Suicide ? Assassinat ? Son visage est si magnifique et si souriant qu'il bouleverse un assistant du médecin légiste qui décide de le figer pour l'éternité grâce à un masque funéraire.

Après diffusion de très nombreuses copies du moulage dans toute l'Europe, différents artistes, écrivains, poètes, sculpteurs ou photographes seront à leur tour fascinés et inspirés par le destin de l'inconnue au point de lui "inventer" mille vies, mille morts et "mille histoires d’amour qui, toutes, la conduisaient inexorablement vers le fleuve"... Ignorant la raison de ce mystérieux et énigmatique sourire, Breton, Céline, Magritte, Man Ray, Nabokov ou Rilke vont créer un mythe qui durera jusqu'à la seconde guerre mondiale. Pendant longtemps, le masque de cette nouvelle Mona Lisa sera un ornement très populaire des ateliers d’artistes, des chambres des jeunes filles romantiques et des intérieurs les plus bourgeois. Dans les années 1920, il inspirera beaucoup de jeunes allemandes qui copient sa coiffure en bandeaux.

L'histoire ne s'arrête pas là ! Retrouvé par hasard en 1958 par Asmund Laerdal, fabricant de jouets norvégien, un exemplaire du masque va servir à son tour de modèle au visage de "Rescue Annie", mannequin d'apprentissage des secouristes aujourd'hui répandu sur les cinq continents, ce qui a fait dire à quelques esprits facétieux que les lèvres de la "Joconde noyée" étaient désormais les plus embrassées de tous les temps !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Inconnue_de_la_Seine

http://fr.wikipedia.org/wiki/Resusci_Anne

http://tontondaniel.over-blog.com/article-franz-xaver-messerschmidt-70488890.html

Tonton Daniel

la joconde noyée

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous, #histoire

Repost 0

Publié le 17 Novembre 2013


Bonjour à tous

Une fidèle lectrice me charge aujourd'hui d'un "article de commande" sur un sujet aussi vaste que passionnant : le piano ! Libre à moi de développer le sujet dans le sens que je désire, historique, musical, culturel, technique ou anecdotique. C'est donc une série d'anecdotes méconnues sur le compositeur et pianiste hongrois Franz Liszt que je vous confie maintenant.

Enfant prodige puis pianiste virtuose capable d'invraisemblables improvisations en plein concert, Franz Liszt fut adulé par son public dans toutes les salles européennes au XIXe siècle. On raconte souvent que certains admirateurs lui baisaient les doigts à la fin de ses récitals et que d'autres récoltaient "le fond de ses tasses dans des fioles" ! Affublé de mains "d’une taille peu commune" et entrainé sur un clavier "lourd", il avait développé une grande force physique qui lui faisait souvent maltraiter les pianos sur lesquels il donnait ses concerts : "La puissance de ses attaques, jointe à un style extravagant et romantique à l'extrême, laissait la plupart des instruments choisis comme des bêtes blessées : cordes brisées, mécaniques fracassées, touches éclatées parsemaient l'estrade. Les malheureux pianos soumis à ces tortures devaient être réaccordés plusieurs fois tout au long du concert ; dans certaines occasions, on voyait avant le concert, sur le côté du podium, un assortiment de pièces détachées de rechange pour parer à toute éventualité, si l'instrument venait à subir trop d'outrages. La réputation de Liszt grandit à ce point, en ce domaine, que le public finit par se sentir floué si un piano parvenait intact à la fin du concert !"

Qui donc a prétendu plus tard que les romantiques étaient des êtres frêles et chétifs ? Franz Liszt fut considéré par beaucoup de spécialistes comme l'un des plus grands pianistes de son temps et demeure aujourd'hui un immense compositeur et une figure indissociable de cet instrument magnifique.

Et voilà ! Qu'en dites-vous, ma chère Chloé ?

(Sources : Internet + "Le Piano" - John-Paul Williams - Ed. Minerva)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Liszt

http://tontondaniel.over-blog.com/article-22001587.html (Sumi Jo)

Tonton Daniel


La rhapsodie hongroise n°2 en version originale :

Et la version de Tom et Jerry :

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #portraits, #histoire, #paroles et musique, #le saviez-vous

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2013


Bonjour à tous

Il était une fois une forêt tropicale, un botaniste et un cinéaste. De cette triple rencontre naquit un jour un film au titre suggestif : "Il était une forêt". Tourné en Nouvelle-Guinée, dans le bassin du fleuve Congo au Gabon et dans la forêt amazonienne au Pérou, ce documentaire signé du réalisateur Luc Jacquet nous raconte la naissance, la vie et la mort des grands arbres centenaires peuplant les grandes forêts primaires et secondaires de la planète.

Dès la première séquence, un dessin réalisé par le botaniste Francis Hallé commence à prendre vie, se transformant grâce à la magie des images de synthèse en une succession de feuilles, de fleurs, de lianes, de fougères fragiles et d'arbres majestueux aux mille nuances de vert. Suivent plusieurs séquences aussi étonnantes qu'instructives, la photosynthèse, la lutte de la passiflore et du papillon héliconius, le rôle des champignons forestiers ou celui des parfums, la stratégie du figuier étrangleur ou celle des fruits et des graines assurant la reproduction de ces géants immobiles. Sans oublier l'omniprésence de l'eau nourricière et de la faune tropicale dans ce biotope en harmonie : insectes, fourmis, termites, oiseaux, singes, fauves et éléphants se croisent, se cachent, se nourrissent ou se reproduisent dans une ronde sans fin où chacun a trouvé sa place dans l'histoire de l'évolution : "L'animal règne sur l'espace, le végétal règne sur le temps".

Derrière les images superbes et les prouesses de tournage, certains commentaires sont nécessairement plus techniques. Du haut de la canopée, Francis Hallé n'hésite pas à parler de hasard et de mutations génétiques, de réactions biochimiques entre végétaux par voies aérienne ou souterraine, mais n'oublie pas heureusement l'aspect poétique de cette aventure végétale en décrivant des "arbres voyageurs" qui "charment les nuages"... Alors que la musique d'Eric Neveux se mêle aux bruits de la forêt et aux cris de ses habitants, on pense à "Microcosmos", à l'arbre d'"Avatar" et à "La forêt d'émeraude". Le seul reproche possible concerne les images de synthèse et les animations virtuelles en accéléré : étaient-elles nécessaires à la pédagogie ? Ne peut-on plus se passer désormais de techniques numériques, y compris dans un documentaire de ce genre ?

En attendant la sortie dans quelques jours et sur grand écran du plus classique film animalier "Amazonia" dans lequel un petit singe tente de survivre seul dans un milieu hostile, l'actualité nous rappelle que la déforestation en Amazonie s'est de nouveau accélérée au cours des douze derniers mois. Principalement en raison des grands travaux d'infrastructure et à cause de la hausse mondiale des prix agricoles entrainant l'extension des terres arables. Le combat contre la déforestation illégale et pour la préservation des grandes forêts tropicales doit donc continuer. Afin de continuer à pouvoir raconter d'autres belles histoires commençant par "Il était une fois"...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wild_Touch

http://tontondaniel.over-blog.com/tag/arbres/

Tonton Daniel

il était une forêt

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma, #arbres

Repost 0

Publié le 12 Novembre 2013


Bonjour à tous

Indépendant et anticonformiste comme un dandy, il porte une lavallière, une coupe de cheveux d'un autre âge et un bijou symbolique en forme d'araignée sur l'épaule au lieu de sa légion d'honneur. Il a donné un surnom à son ordinateur portable, lit des mangas et écoute en boucle des chansons de Catherine Ribeiro. Père de deux enfants, ce brillant universitaire enseigne en faculté, est responsable d'une revue scientifique, donne des conférences, dirige l’Institut Henri-Poincaré et a reçu de nombreuses distinctions. Ce portrait fort succinct en forme de puzzle est celui d'un personnage atypique et donc fort sympathique, Cédric Villani, mathématicien français devenu célèbre pour ses travaux sur l’amortissement Landau et l'obtention de la mythique médaille Fields en 2010.

Dans "Théorème vivant", son premier livre paru en 2012, Cédric Villani relate ses recherches sur l'équation de Boltzmann et comment, avec Clément Mouhot, il a prouvé que l’amortissement Landau "s’établit dans un contexte perturbatif non linéaire". Il explique lui-même le titre de son bouquin dans son blog : "A Theorem is indeed, to the eyes and hearts of mathematicians, similar to a living being, with a destiny that cannot be controlled." Autrement dit, une fois démontré, un théorème continue de vivre, d'évoluer et d'enfanter d'autres problèmes à résoudre !

Au fil des pages, dans un voyage sur plusieurs continents au gré des conférences, il est question de mathématiques et de physique appliquée, d'intégrales et de factorielles, de désordre et d'entropie, de gaz et de plasmas, de galaxies et d'électrons... Le résultat est un récit ponctué de formules et d'anecdotes, de mails et de citations en anglais, de poèmes et de textes de chansons, de gravures et de portraits de mathématiciens aux destins divers... Un livre rébarbatif ? Bien au contraire ! Contre toute attente et grâce à un style clair et agréable, le tout est aussi vivant qu'un roman policier et prouve que la démonstration d'un théorème peut être intéressante pour les non-initiés du moment qu'elle est bien présentée. Sans oublier cette extraordinaire et irrésistible description du RER parisien en début du chapitre 41 qui prouve qu'on peut à la fois être un grand scientifique, prendre les transports publics comme un vulgum pecus et avoir énormément d'humour !

Alors qu'il écrit avec raison : "Il y a des moments où il faut être égoïste", Cédric Villani est devenu un vulgarisateur de talent et nous fait partager avec bonheur ses doutes, ses espoirs, ses rêves et ses raisonnements. A la manière de l'araignée solitaire élaborant sa toile a priori fragile, il a su tisser autour de lui un solide réseau d'amis liés par le langage commun et universel des mathématiques. Il a su également capturer notre attention au-delà des apparences, comme un animal prédateur, patient et opposé à "la rapidité contre nature de l'avion"... Un animal adapté à tous les milieux, affairé, lent et appliqué. Un animal étrange et fascinant en vérité !

http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9dric_Villani

http://cedricvillani.org/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Araneae

http://tontondaniel.over-blog.com/article-le-dandysme-ou-la-creation-de-soi-113739313.html

Cet article est dédié à M.Seignouret, mon ancien professeur de mathématiques au lycée. Sans rancune ! ;-)

Tonton Daniel

théorème vivant

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature

Repost 0