Publié le 26 Juillet 2014

Bonjour à tous

Les photos, dit-on, permettent de figer le temps, de prolonger l'instant, de susciter et de partager des émotions... Ce soir, je vous emmène donc en Irlande sur les pas de William Butler Yeats, de "l'Homme tranquille" et de Bobby Sands. Pour le grand tour de l'Ile d'Emeraude, suivez le guide :

Tonton Daniel

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #souvenirs de voyage

Repost 0

Publié le 13 Juillet 2014

Bonjour à tous

Et non ! Le Tour de France en musique, ce n'est pas que du musette et de l'accordéon ! A deux semaines de l'arrivée de la Grande Boucle sur les Champs-Elysées à Paris, retrouvons le Tour vu par le groupe allemand de musique électronique Kraftwerk, puis revu et corrigé par Senor Coconut ! A quand une reprise par Yvette Horner ? En selle !

Tonton Daniel

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paroles et musique, #sports et jeux

Repost 0

Publié le 11 Juillet 2014

Bonjour à tous

Aujourd'hui considérés comme autant de facteurs essentiels à l'apparition de la vie terrestre, les volcans sont également à l'origine de nombreux mythes et croyances. L'un d'entre eux, le Vésuve, celui-là même qui ensevelit Herculanum et Pompéi en 79, est associé depuis le XVIe siècle au culte de San Gennaro (Saint Janvier) par les habitants de Naples, la ville italienne qu'il domine et qu'il a plusieurs fois menacée au fil du temps. Parmi une cinquantaine d'autres saints et saintes, les napolitains choisirent en effet en 1527 San Gennaro, saint patron de leur ville, comme saint protecteur contre le Vésuve et contre la peste. Afin de le remercier, un trésor fut constitué et une chapelle lui fut consacrée dans la cathédrale de Naples. C'est une partie de ce trésor, sorti pour la première fois d'Italie, que le musée Maillol et la fondation Dina Vierny présentent à Paris jusqu'au 20 juillet.

Sur deux niveaux sont présentés tableaux, bustes reliquaires en argent, objets liturgiques, calices, patènes, ciboires, chandeliers... et les deux pièces principales du trésor, la mitre de San Gennaro, brillante de 3700 diamants, émeraudes et rubis, ainsi que le fabuleux et inestimable collier-pectoral composé au fil des siècles grâce aux dons de familles royales. Moins brillant mais plus sacré, l'ostensoir en vermeil des deux saintes ampoules (présenté sans les ampoules restées évidemment à Naples) rappelle le "miracle" de San Gennaro : le sang coagulé du saint prétendument contenu dans les ampoules se liquéfie régulièrement trois fois par an et à date fixe depuis le XIVe siècle au vu et au su de tous et à la grande satisfaction des dévôts ! Liquéfaction que de nombreux scientifiques expliquent et reproduisent simplement avec un récipient contenant de la cire ou de l'huile colorée. Celle-ci, réchauffée et agitée après manipulation de l'officiant, se liquéfie après quelques minutes avant de redevenir solide dès que l'ampoule est reposée. Exactement de la même manière qu'à Naples ! On ne peut donc que sourire devant cette aimable supercherie et la crédulité des fidèles... "Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !" (Evangile selon Matthieu).

Avant la sortie, dans l'incontournable boutique de souvenirs, qui remarquera sur l'affiche de l'exposition la mitre de San Gennaro, petit volcan ouvert brillant comme un flot de lave, image de l'orgueil humain face aux forces de la Nature, semblant écraser le Vésuve de sa supériorité symbolique alors que le christianisme, les croisades, les missions évangéliques et les feux de l'inquisition ont sans doute fait plus de victimes au cours des siècles que tous les volcans de la Planète réunis ?

Tonton Daniel

le trésor de naples

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france, #religion

Repost 0

Publié le 8 Juillet 2014

Bonjour à tous

Les bords de Loire à Beaugency, le château et la faune du domaine de Chambord, les vitraux de la cathédrale de Chartres, le château et le parc de Maintenon, voici quelques souvenirs et sensations inoubliables d'un long et magnifique week-end entre Beauce et Val de Loire...

Tonton Daniel

Quelques photos prises ces derniers jours :

(A noter le léger flou des troupeaux de mouflons et de chevreuils photographiés à grande distance sur les pièces du Chêne et de Gabillière dans le domaine de Chambord)

entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire
entre beauce et val de loire

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #sur les routes de france

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2014

Bonjour à tous

1932. Fuyant les Etats-Unis et la grande dépression, Jimmy Gralton revient dans son Irlande natale afin de reprendre la ferme familiale. Au village, il retrouve également la salle de danse abandonnée lors de son départ et entreprend de lui redonner vie avec l'aide de quelques voisins et amis. C'est compter sans le prude clergé catholique et les propriétaires terriens locaux qui voient d'un très mauvais oeil leur échapper toute autorité morale et économique. En 1932 en effet, douze ans seulement après la séparation du nord et du sud de l'Ulster, l'Irlande hésite encore entre guerre civile et guerre d'indépendance. La tutelle anglaise ne sera définitivement levée qu'en avril 1949, date officielle de la déclaration d'indépendance de l'Eire. Héros propulsé malgré lui dans la vie politique de sa communauté et de son pays, Jimmy Gralton, que l'Eglise n'hésitera pas à comparer au diable et que les grands propriétaires dénonceront comme communiste, sera expulsé vers les Etats-Unis où il s'éteindra en 1945 sans avoir jamais revu l'Irlande.

Cette histoire vraie mêlant destins d'un homme et d'un pays sert d'argument au dernier film de Ken Loach, "Jimmy's hall". On y retrouve la patte du réalisateur engagé dénonçant bêtise, violence, inégalités, injustice et intolérance ainsi que plusieurs thèmes récurrents de sa filmographie, chômage, vie communautaire ou désoeuvrement de la jeunesse. Prenant pour exemples les méthodes du K.K.K., les dénonciations publiques faites par un clergé puissant et conservateur ou les embarras politiques de Charlie Chaplin, Ken Loach réussit une fois de plus à faire passer son message.

Décor de tourbières, poèmes de Yeats, scones et thé au lait, tâches de rousseur et histoire d'amour contrariée par le contexte politique, voici les ingrédients d'une page d'Histoire à la résonance actuelle et très moderne. Par souci de vraisemblance, tous les acteurs sont irlandais, Barry Ward dans le rôle-titre, Simone Kirby ou Andrew Scott très loin de son rôle de Moriarty à la télévision. N'oublions pas enfin les magnifiques décors du comté de Leitrim et la musique du film, hymne à la Liberté mêlant jazz, Step Dancing ou chants celtes, qui invitent à entrer dans la danse et à découvrir l'Irlande au plus vite...

Tonton Daniel

jimmy's hall

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma

Repost 0