Publié le 29 Juin 2016

Bonjour à tous

Pourquoi vouloir résumer "Les fleurs bleues" de Raymond Queneau, roman farfelu, baroque, fantaisiste, original, plein d'invention et flirtant avec le surréalisme ? Joaquim Cidrolin, parent proche du Colin de Boris Vian, habite sur une péniche, repeint sa barrière, répond à des passants anonymes, boit de l'essence de fenouil additionnée d'eau plate... et il rêve ! Il rêve qu'il est duc, qu'il traverse l'Histoire de France, que son cheval parle et qu'il peint des fresques préhistoriques dans des grottes du Périgord. Illustré d'anachronismes et de néologismes, le songe interrompu reprend à chaque fois que Cidrolin ferme les yeux, dialogues et récits se croisent et le rêve finit par se matérialiser dans le Paris des années 60...

Les fleurs bleues ont survécu au déluge ! Vous reprendrez bien un verre d'essence de fenouil ?

Tonton Daniel

http://tontondaniel.over-blog.com/article-connaissez-vous-paris-102841384.html

les fleurs bleues

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature

Repost 0

Publié le 24 Juin 2016

So long, Britannia ! I miss you already !

brexit
brexit

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #europe, #actualité, #anglais, #économie

Repost 0

Publié le 22 Juin 2016

Bonjour à tous

Quelque part en Provence, 1916. Lentement, inexorablement, mené par un berger solitaire qui sera bientôt mobilisé, un interminable troupeau de brebis, de moutons, d'agneaux et de béliers descend de la montagne à marche forcée dans la souffrance et la poussière...

Verdun, 1916. Lentement, inexorablement, le grand troupeau des hommes part à la guerre et monte au front en suivant les ordres de son berger galonné, mené à l'abattoir afin de nourrir et d'abreuver la terre avec sa chair et son sang. Pour tous les soldats et les poilus du troupeau viendront très vite les désertions, les mutilations, les gueules cassées, les tranchées, la pourriture, le froid, la boue, l'ennui, les hallucinations, la folie, la mort comme une grande faux dans un champ de blé mûr...

Loin du front, le grand bélier usé par l'effort finit lui aussi par mourir. Les champs, les labours et les amours redeviennent sauvages. Veuves et femmes oubliées s'abandonnent puis avortent dans la honte et la douleur mais l'instinct de vie et de conservation est le plus fort. Le récit se termine par une naissance magnifique, pleine d'espoir, d'amour et de poésie, symboliquement éclairée par l'étoile des bergers qui monte dans la nuit...

Ecrit en 1931 dans un style inimitable, "Le grand troupeau" est l'une des premières oeuvres de Jean Giono, écrivain provençal qui a connu les horreurs des tranchées de la Première Guerre mondiale. Gazé, choqué, traumatisé, Giono, à qui on a parfois plus tard reproché sa proximité avec la collaboration pendant le régime de Vichy, signe ici une parabole humaniste et pacifiste pleine de couleurs, de sons, d'odeurs, de chaleur et parfois de quelques détails insoutenables. Alors que la collaboration reste inexcusable par principe, peut-on reprocher à ceux qui ont connu les horreurs d'une guerre de tout faire et de tout accepter pour éviter de retourner en enfer ?

Tonton Daniel

le grand troupeau

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature

Repost 0

Publié le 22 Juin 2016

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Repost 0

Publié le 14 Juin 2016

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #actualité

Repost 0