Publié le 21 Décembre 2016


Bonjour à tous

Découverte par hasard en 1973, une mystérieuse station de radio à ondes courtes située en Russie occidentale continue d'émettre sans interruption depuis cette date de curieux signaux sur une fréquence non répertoriée par les radio-amateurs. Alimentant les rumeurs les plus farfelues, l'émetteur, dont l'indicatif UVB-76 a été remplacé en 2010 par le code MDZhB puis en 2015 par celui de ZhUOZ, transmet un étrange bourdonnement environ 25 fois par minute et n'a jamais pu être localisé avec précision malgré plusieurs tentatives de triangulation.

Au début des années 90, puis en 2003 et en 2010, le signal émis a changé plusieurs fois de forme. Parfois accompagné de conversations indistinctes, de morse et de bruits divers, il est aujourd'hui remplacé de plus en plus fréquemment par un message vocal incompréhensible. Parfois surnommé "Vulkan" ou "The Buzzer", UVB-76 aurait deux jumeaux russes émettant de manière identique et encore plus discrets, surnommés par les initiés anglophones "The Pip" et "The Squeaky Wheel".

Radio de nombres pour espions ? Contre-espionnage ? Signal militaire ? Emission vers l'espace ? Transmission d'un signal de veille automatique ? Mesure des propriétés dynamiques de l'ionosphère ? Recherche scientifique ? Secret gouvernemental ? Théorie du "commutateur de l’homme mort" ? Simple canular de radio-amateur ? Les hypothèses avancées pour résoudre l'énigme UVB-76 sont nombreuses mais le mystère de l'émetteur fantôme qui continue de fonctionner malgré les nombreux rebondissements de l'Histoire russo-soviétique reste entier !

Tonton Daniel

Pour écouter UVB-76 en direct :

 

l'émetteur uvb-76

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous, #russie-urss

Repost 0

Publié le 19 Décembre 2016


Bonjour à tous

Durant la première guerre mondiale, entre août 1915 et février 1917, le commandement anglais fit installer secrètement par une compagnie spécialisée 26 mines géantes sous les troupes de la 4e armée allemande positionnée sur un front de 11 km autour de la commune belge de Messines, entre Ypres et Armentières. Chacune de ses mines avait un nom de code, contenait entre 7 et 43 tonnes d'explosif et étaient placées au bout de tunnels longs de plusieurs centaines de mètres et à des profondeurs de plusieurs dizaines de mètres.

Au premier jour de la bataille de Messines, le 7 juin 1917, les artificiers lancèrent la mise à feu simultanée des 26 mines, créant l'une des plus grandes explosions non-nucléaires de l'Histoire, entendue jusqu'à Londres et ressentie comme un séisme jusqu'à Lille. Seules 20 d'entre elles explosèrent comme prévu, tuant et ensevelissant dans des cratères géants plus de 10.000 soldats allemands. Une fut noyée, trois ne furent jamais mises à feu car situées hors de la zone de l'offensive. Enfin, le 17 juillet 1955, la foudre déclencha l'explosion de l'avant-dernière sans faire de victimes.

Quant à la n°18, surnommée "Mine de la Petite Douve" et positionnée sous la cour de la ferme dite "de la basse cour", elle fut découverte en août 1916 par les allemands qui neutralisèrent le système de mise à feu mais l'abandonnèrent sur place. Patiente et oubliée de tous depuis cent ans, la bombe endormie attend toujours avec ses 23 tonnes d'explosif...

Tonton Daniel

 

la mine de la petite douve

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #histoire

Repost 0

Publié le 18 Décembre 2016


Bonjour à tous

Comptant plus de 2000 habitants à l'origine, la ville minière de Centralia, dans l'État de Pennsylvanie aux États-Unis, a été entièrement abandonnée à la suite d'un incendie accidentel dans la mine de charbon souterraine s'étendant sous la ville. Le sinistre a démarré en mai 1962... et le feu n'est toujours pas éteint 54 ans plus tard ! Alors que les routes éventrées autour de Centralia laissent échapper des fumerolles toxiques et que l'accès à la ville-fantôme est sévèrement contrölé, l'incendie s'étend aujourd'hui en sous-sol sur 1.6 km2, avance de 15 m par an et ne devrait s'éteindre que dans 250 ans quand tout le charbon de la mine sera consummé !

Peu connus du grand public malgré leur impact environnemental, les "feux de mine de charbon" accidentels sont fréquents en Chine et peuvent également être d'origine naturelle tels ceux de Mount Wingen en Australie, des Smoking Hills au Canada ou de Brennender Berg en Allemagne. Proches de la surface, tous ces feux sont alimentés par l'oxygène de l'air, libèrent d'importants stocks de CO2, de monoxyde de carbone, de soufre et de particules. On estime qu'1 % de la production de gaz à effet de serre proviendrait de ces feux de mine, soit 20 millions de tonnes de charbon parties en fumée chaque année.

La catastrophe de Centralia rappelle l'évacuation du village turkmène de Darvaza suite à l'inflammation d'une poche de gaz qui brûle en surface de manière continue depuis 1971 et que nul n'a jamais pu éteindre !

Tonton Daniel

 

l'incendie de centralia

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #environnement, #USA, #dérèglements climatiques

Repost 0

Publié le 17 Décembre 2016

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #publicité

Repost 0

Publié le 14 Décembre 2016


Bonjour à tous

Profanations de sépulture, viols, suicides, meurtres, amputations rituelles, sacrifices, cannibalisme... Sous la plume de la romancière espagnole Dolores Redondo, Amaia Salazar, inspectrice de choc de la police forale de Navarre, va devoir résoudre une des affaires les plus sombres de sa carrière entre Baztan et Pampelune, dans le décor d'un Pays Basque rude, sauvage, ancré dans ses traditions, qui se prête admirablement à l'ambiance du récit.

Au-delà des rideaux de pluie, des grottes naturelles et des forêts profondes tapies au fond de vallées encaissées, "De chair et d'os" (Legado en los huesos) dresse le tableau d'une région aux multiples visages, où la maison et son foyer, lieux importants de la culture basque, portent toujours leur propre nom. Ce sont aussi les mystérieuses stèles rondes des cimetières, des histoires de sorcières racontées au coin du feu, des légendes, des croyances, des superstitions... Ce sont les cagots, groupe social méconnu peuplant le sud de la France et le nord de l'Espagne du Moyen-âge au XIXe siècle, discriminés, rejetés dans des ghettos, soumis à de nombreux interdits héréditaires et contraints de porter sur eux un signe distinctif. Quant à la très ancienne mythologie basque, elle reste toujours peuplée de géants, de lutins, de divinités, le basajaun, les lamiñaks, la déesse Mari ou le tartallo, cyclope malfaisant et avide de sang placé au centre du roman...

Entre rêves étranges et manifestations surnaturelles, entre messages énigmatiques et découvertes d'ossements humains, Amaia saura-t-elle distinguer légendes et réalité, découvrir ses propres origines, protéger ses proches du terrible "Tartallo" et retrouver le monstre parmi les nombreux suspects potentiels de son entourage ? "De chair et d'os" est un extraordinaire roman policier, noir et fantastique, ponctué de nombreux rebondissements, à conseiller également comme guide de voyage pour tous ceux qui voudraient découvrir un autre Pays Basque...

Tonton Daniel

 

de chair et d'os

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature, #pays basque

Repost 0