Publié le 28 Janvier 2017


Bonjour à tous

Sept Golden Globes en janvier, quatorze nominations pour les prochains Oscars, des critiques dithyrambiques et une affiche alléchante réunissant Emma Stone et Ryan Gosling... Votre oeil de cinéphile commence à briller ? Hélas, avec son titre qui évoque en anglais une situation déconnectée de la réalité, "La La Land", dernier film musical de l'américain Damien Chazelle, réalisateur du remarqué "Whiplash" en 2014, n'est vraiment pas le chef-d'oeuvre génial que la critique veut bien décrire.

Souvent prévisible et cousue de fil blanc, cette histoire d'amour entre un pianiste de second ordre et une petite serveuse qui rêve de devenir actrice à Los Angeles emprunte beaucoup à l'âge d'or de la comédie musicale hollywoodienne sans atteindre son niveau, s'inspire ouvertement des films de Jacques Demy et lorgne aussi beaucoup du côté de Woody Allen : même scène de danse dans un observatoire astronomique que dans "Magic in the moonlight" (avec la même Emma Stone !), quais de Seine à Paris de "Tout le monde dit I love you" et de "Midnight in Paris" ou rêves brisés accompagnés de jazz du récent "Café society"...

Evidemment, la mise en abyme (studios de tournage, auditions, répétitions...) ainsi que les nombreuses références au 7e art, d'Ingrid Bergman à "La fureur de vivre", du reverbère de "Chantons sous la pluie" aux décors évoquant "Tous en scène", ont beaucoup plu à Hollywood et expliquent le nombre de récompenses passées et à venir obtenues par le film. Soyons réalistes, sous les paillettes et les projecteurs, l'industrie du cinéma brille aussi par son autosatisfaction et son nombrilisme.

Laissons de côté le pessimisme général ambiant qui empêche les scénaristes d'envisager un réjouissant happy end. Restent les magnifiques lumière et photographie, la musique signée Justin Hurwitz et un ou deux moments magiques qui font de l'ensemble un film agréable à regarder et à écouter. Malgré le message qui incite à se tourner vers l'avenir, on regrettera sans doute les lueurs du passé. Car malgré leur remarquable prestation, il faut reconnaitre qu'Emma Stone et Ryan Gosling ne sont ni Fred Astaire ni Ginger Rogers, ni Gene Kelly ni Cyd Charisse ! Dommage !

Tonton Daniel

 

la la land

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017


Bonjour à tous

Hommage à Mike Connors, héros de la série américaine Mannix, disparu hier à l'âge de 91 ans.
L'occasion de retrouver l'inoubliable générique de la série et la musique de Lalo Schifrin.
L'occasion également d'évoquer le souvenir de la magnifique Gail Fisher, une des premières actrices afro-américaines à jouer dans une série de façon régulière et récompensée par deux Emmy Award et un Golden Globe Award pour le rôle de Peggy Fair, secrétaire de Joe Mannix.

Tonton Daniel

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #télévision, #portraits

Repost 0

Publié le 25 Janvier 2017

 

"Fin d'après-midi hivernale dans la Capitale" ou "Quand les bassins des Tuileries sont figés par la glace"...

 

l'hiver à paris
l'hiver à paris
l'hiver à paris
l'hiver à paris
l'hiver à paris
l'hiver à paris
l'hiver à paris
l'hiver à paris

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france

Repost 0

Publié le 23 Janvier 2017


Bonjour à tous

Un renard, une mouche, un vautour, un corbeau... Voici Volpone, Mosca, Voltore et Corvino, personnages principaux de "Volpone", célèbre farce signée en 1606 du dramaturge anglais Ben Jonson, ami et rival de William Shakespeare. Aidé de son fidèle serviteur Mosca, le richissime et rusé Volpone se fait passer pour mourant afin d'attirer parasites et charognards et leur extorquer leurs richesses en promettant discrètement à chacun d'eux qu'il sera son héritier... Mais rien ne se passe comme prévu et, comme le dirait M. de La Fontaine, tel est pris qui croyait prendre ! Le renard est rusé mais se laisse parfois prendre au piège !

L'intrigue se déroule à Venise, ville masquée et libertine par excellence, parfait décor de théâtre pour les faux-semblants et les mensonges de Volpone. Filou, imposteur, tricheur et coquin, le "Magnifico" est avant tout un homme sans scrupules, qui s'ennuie et trouve son plaisir à duper son monde. Autour de lui gravitent les figures de la Commedia dell'arte, médecins ignorants, juges corruptibles, pères naïfs, maris cocus, serviteurs malicieux, vieillards libidineux, charlatans bavards et femmes savantes, tous personnages que l'on retrouvera quelques années plus tard de l'autre côté de la Manche chez un certain Molière. Lui aussi dénoncera les travers et défauts de ses contemporains, avidité, cupidité, vanité, crédulité, bêtise... qui font du Volpone de Ben Jonson un réquisitoire contre le genre humain toujours très moderne !

Tonton Daniel

 

volpone

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2017


Au Trocadéro, face à la Tour Eiffel, l'ancien Musée des monuments français a été entièrement rénové en 2007.

 

 

cité de l'architecture
cité de l'architecture
cité de l'architecture
cité de l'architecture
cité de l'architecture
cité de l'architecture
cité de l'architecture
cité de l'architecture
cité de l'architecture
cité de l'architecture

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france, #architecture

Repost 0