Articles avec #medecine tag

Publié le 21 Avril 2017


Bonjour à tous

Le saviez-vous ? L'expression "être en odeur de sainteté" qui signifie "être bien vu par une personne ou une collectivité" aurait une origine bien réelle. Face à des constatations évidemment très subjectives, les interprétations diffèrent, que l'on soit mystique, scientifique... ou écrivain !

Le parfum a toujours été associé à Dieu et au Paradis dans la tradition chrétienne. Le mot "Christ" ne signifie-t-il pas "oint" en grec ancien ? Les textes sacrés évoquent l'encens dont les volutes s'élèvent vers les cieux comme une prière, les offrandes de parfums des Rois Mages, les senteurs de rose, de lys ou de violette associés à la Vierge Marie. Ils décrivent également les parfums suaves et fleuris dégagés par les cadavres ou les reliques de quelques saints, parfois très longtemps après leur mort, phénomène auquel est associé l’incorruptibilité du corps. Fragrances de rose, de lis, de violette ou de jasmin, les exemples les plus connus sont ceux de Sainte Thérèse d’Avila et de Padre Pio qui exhalait de son vivant, dit-on, des senteurs paradisiaques. Les autorités religieuses expliquent cette "odeur de sainteté" par une "osmogénèse miraculeuse" et qualifient les saints concernés et les icones les représentant de "myroblites" ("d’où jaillit la myrrhe").

Face à ces "miracles", la science et la médecine moderne expliquent clairement ce phénomène odorant a priori bien réel chez certains individus par un changement de composition du sang, lui-même occasionné par un mode de vie ascétique. Le jeûne (religieux ou non, végétarien ou non) ralentit en effet la production de corps cétoniques et d'acétone par le foie, modifie le métabolisme, perturbe le fonctionnement des globules rouges sanguins et, finalement, réduit l'oxydation générale de l'organisme. Le cas de Thérèse d’Avila relèverait essentiellement de sa maladie, l'acétonémie diabétique. Dans certains cas, l'embaumement à base d'encens, d’aromates ou d’onguents, le bois, les fleurs ou les résines déposés près du cadavre, expliqueraient encore plus simplement le dégagement d'odeurs des reliques.

Il faut enfin être romancier et s'appeler Patrick Süskind pour créer le personnage de Jean-Baptiste Grenouille, parfumeur et meurtrier, imaginer que le plus angélique et le plus divin des parfums puisse faire naitre "une palpitation d'allégresse, une virginale et délicate lueur de bonheur", faire naitre l'amour "jusqu'à la folie, jusqu'au sacrifice de soi", maitriser "le coeur des hommes", les "inonder de beauté comme d'un feu radieux" et les faire "frémir de ravissement, pleurer de volupté et tomber à genoux comme à l'odeur de l'encens froid de Dieu" !

Tonton Daniel

"La consommation de pets-de-nonne ne garantit pas une mort en odeur de sainteté" (Patrick Heuschen)

 

en odeur de sainteté

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #lexique, #le parfum, #religion, #médecine

Repost 0

Publié le 10 Mars 2017


Bonjour à tous

Petite-fille d'esclaves noirs américains, Henrietta Lacks est née en Virginie en août 1920. Mariée à 21 ans, elle aura cinq enfants et c'est peu après son dernier accouchement dans un hôpital réservé aux patients noirs qu'on lui découvre une tumeur localisée sur le col de l'utérus, très vite diagnostiquée maligne et très invasive. Quelques cellules cancéreuses de la tumeur sont prélevées à deux reprises sans en informer la patiente et transmises au médecin en charge du service de recherche sur la culture des tissus humains à l’hôpital John Hopkins de Baltimore. Après guerre, les médecins savent déjà que des cellules qui se mettent à proliférer de manière anarchique forment une tumeur pouvant être responsable d’un cancer et cherchent donc à maintenir en vie des cellules humaines en culture afin de comprendre le rôle des protéines et des enzymes dans le contrôle de leur prolifération.

Alors qu'Henrietta Lacks décède en octobre 1951 à l'âge de 31 ans malgré une radiothérapie au radium survient l'incroyable découverte. Contrairement aux cellules humaines qui mourraient rapidement jusqu'alors in vitro, les cellules d'Henrietta Lacks vivent et se reproduisent indéfiniment ! Baptisées HeLa, initiales d'Henrietta, ces cellules exceptionnelles et théoriquement immortelles sont rapidement mises en culture et diffusées comme simple matériel biologique dans les laboratoires du monde entier. Depuis bientôt 70 ans, objet d'innombrables tests de vaccins et de médicaments ou de nombreux essais thérapeutiques, la lignée de cellules HeLa n'a jamais cessé de se multiplier, permettant la mise au point du vaccin contre la poliomyélite, une meilleure compréhension des virus, des maladies cancéreuses et des maladies chromosomiques et des avancées notables dans les domaines de la thérapie génique, de la congélation temporaire des tissus organiques et de la fécondation in vitro. Bien avant n'importe quel astronaute, des cellules HeLa ont même voyagé dans l'espace en 1960 pour étudier sur elles les effets de l'apesanteur !

Inconnue du grand public, Henrietta Lacks est devenue bienfaitrice de l'Humanité et aura sans le savoir sauvé indirectement des dizaines de milliers de patients atteints de différentes pathologies. Restée dans l'ignorance pendant plusieurs décennies, sa famille a obtenu le droit de regard sur ce qui pourra ou non être publié à l'avenir ainsi que le droit de siéger dans un comité scientifique et éthique ayant pour but de "valider les recherches génétiques conduites sur le génome d'Henrietta Lacks". La polémique n'est toujours pas close aux Etats-Unis où le cas a soulevé des questions éthiques très diverses, reconnaissance des droits des familles, consentement pour les prélèvements de tissus, propriété individuelle de l'ADN contenu dans des cellules prélevées, commercialisation de ces cellules... Sur ce dernier point, beaucoup ont noté et dénoncé l'enrichissement d'industriels de la santé utilisant les cellules d'Henrietta Lacks alors que cette dernière a été enterrée sans même une simple pierre tombale, que ses descendants n'ont toujours pas de protection sociale et qu'ils survivent aujourd'hui grâce aux maigres droits d'auteur d'une biographie de leur aïeule...

Depuis la nuit des temps, l'Homme a toujours cherché à comprendre et à vaincre la mort, faisant d'impossibles rêves d'immortalité. Aujourd'hui, les scientifiques pensent avoir compris une partie du secret des cellules HeLa. La cohabitation des gènes du papillomavirus ayant déclenché le cancer d'Henrietta Lacks et des gènes de la malade permettrait la présence et l'action inhabituelle de la télomérase, enzyme qui reconstitue les télomères des chromosomes dans les cellules après leur duplication, empêchant théoriquement tout vieillissement. L'histoire extraordinaire d'Henrietta Lacks n'est peut-être pas encore terminée...

Tonton Daniel

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henrietta_Lacks

https://fr.wikipedia.org/wiki/HeLa

http://www.lefigaro.fr/sciences/2013/08/12/01008-20130812ARTFIG00342-pourquoi-les-cellules-d-henrietta-lacks-sont-immortelles.php

http://www.biopsci.com/2009/01/20/henrietta-lacks-du-cancer-a-limmortalite/

http://www.axolot.info/?p=379

 

 

henrietta lacks

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #portraits, #médecine

Repost 0

Publié le 17 Avril 2016

Bonjour à tous

Voici un petit livre remarquable, passionnant, clair, précis, intelligent, facile à lire et très instructif ! Avec "Les bactéries, une chance pour l'humanité ?", le biologiste John Herrick nous rappelle que les bactéries ne sont pas toutes nocives pour l'organisme humain comme celle responsable de la tuberculose par exemple, beaucoup d'entre elles nous sont nécessaires et vivent avec nous, sur nous et en nous de notre naissance à notre mort.

Au contraire, considéré désormais comme un organe à part entière, cet ensemble de bactéries appelé microbiote (bucco-intestinal, cutané ou vaginal) est indispensable à notre digestion, synthétise des vitamines, régule notre stress, seconde le système immunitaire, fabrique une partie de nos neurotransmetteurs, communique avec notre système nerveux entérique (le désormais bien connu "deuxième cerveau") et avec le système nerveux central via le nerf vague. Chacun de nous forme donc un microbiome, un écosystème complexe dont chacune des parties interdépendantes et vivant en symbiose recherche l'homéostasie, équilibre assurant son bon fonctionnement.

En revanche, un lien direct est maintenant établi entre certaines bactéries et de nombreuses pathologies humaines (autisme, schizophrénie, dépression, névroses, maladies digestives...) et l'on peut affirmer que certains comportements humains, affectifs et sociaux, sont influencés indirectement par les bactéries de notre microbiote intestinal. La recherche médicale s'oriente donc logiquement vers une étude plus poussée de ces micro-organismes mais les spécialistes sont unanimes : si les cas d'apparition de tendances suicidaires à cause de parasites sont nombreux dans le monde animal, il n'y a aucun risque pour les humains d'être transformés en robots ou en zombies par des organismes qui nous imposeraient leurs lois de l'intérieur !

Théorie du gène égoïste, théorie endosymbiotique, mutualisme, commensalisme, dysfonctionnements psychologiques, notre rapport aux bactéries reste complexe aujourd'hui. John Herrick s'interroge enfin avec prudence et philosophie sur notre sociabilité et nos valeurs humaines et morales. Pourraient-elles être induites par notre microbiote car destinées à favoriser l'évolution et la survie de ce dernier ? Les bactéries, prix Nobel de la Paix ?

Tonton Daniel

http://tontondaniel.over-blog.com/article-phagotherapie-97817378.html

http://tontondaniel.over-blog.com/2015/08/le-charme-discret-de-l-intestin.html

http://tontondaniel.over-blog.com/article-hoazin-91500291.html

les bactéries une chance pour l'humanité

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature, #médecine

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2015

Bonjour à tous

Connu depuis l'antiquité pour son pouvoir sucrant et de sa durée de conservation extrêmement longue, le miel est un aliment complet qui contient des protéines, des sels minéraux, des vitamines et de nombreux composés organiques complexes.

Parmi ses qualités thérapeutiques, le miel est antibactérien grâce à sa pauvreté en eau (17% en moyenne), sa richesse en sucres (95 à 99% de la matière sèche) et son pH acide (3,9 en moyenne), toutes conditions défavorables à la croissance des bactéries.

Son caractère antiseptique est lié à la présence de protéines appelées inhibines qui stoppent la prolifération des bactéries et activent la formation des défensines, peptides renforçant l'immunité qui sont présents naturellement dans l'organisme humain.

Quant aux enzymes sécrétées par les abeilles comme la gluco-oxydase, elles transforment une partie du glucose du miel en peroxyde d'hydrogène, plus communément appelé "eau oxygénée". Le peroxyde d'hydrogène stimule la revascularisation des plaies et la formation de tissus nécessaires à la cicatrisation.

Tout comme la salive humaine, on dit que le miel est bactériostatique, il ne tue pas les bactéries mais empêche leur développement.

Seul impératif, et a priori sans contre-indications (le miel est néanmoins déconseillé aux diabétiques en raison de son fort index glycémique), le miel, fragile, ne doit pas être chauffé à plus de 35°C afin de conserver toutes ses qualités nutritionnelles et thérapeutiques.

A noter enfin que, si certains miels ont un goût amer et dégagent une mauvaise odeur comme celui de chardon teinturier par exemple, d'autres ne sont pas comestibles et peuvent même se révéler toxiques comme les miels élaborés à partir de colchiques, de rhododendrons, d'azalées ou de kalmias d'Asie mineure qui contiennent de la colchicine ou de l'andrométoxine.

Parmi tous les miels fabriqués par les abeilles, l'un d'entre eux présenterait des qualités thérapeutiques particulières. Produit exclusivement en Nouvelle-Zélande et dans le sud de l'Australie par des abeilles du genre Apis mellifera, ce miel est secrété à partir du nectar des fleurs blanches et parfumées d'un arbrisseau sauvage de la famille des Myrtacées appelé manuka (Leptospermum scoparium).

Depuis longtemps, la médecine traditionnelle maorie utilise le manuka, dont on extrait par distillation à la vapeur une huile essentielle possédant des propriétés antiseptiques, antifongiques et décongestionnantes.

D'une couleur sombre et de consistance très épaisse, le miel de manuka aurait lui aussi des vertus exceptionnelles grâce à une molécule entrant dans sa composition appelée Méthylglyoxal (MGO), présente naturellement dans de nombreuses substances comme le café ou le soja mais découverte en grande quantité dans le miel de manuka par le Professeur Thomas Henle, de l'Université de Dresde en 2008.

Opération commerciale ou réelle efficacité ? Paré officiellement de toutes les vertus, le miel de manuka serait-il donc une panacée universelle ? Alors que certains prétendent qu'il peut même servir à soigner les caries (!), d'autres, en revanche, se méfient des "croyances autour des supposées vertus du miel" se cumulant à "une réputation exotique flatteuse". Ces derniers conseillent à ceux qui ne veulent utiliser que des remèdes naturels l'achat de miel bio local, l'achat de miel de thym, l'utilisation d'aloe vera ou l'utilisation de leur propre salive pour des plaies bénignes comme le faisaient les Amérindiens ! "Une réputation soigneusement entretenue, en tous les cas, par une industrie agro-alimentaire qui lorgne vers les préparations médicinales prisées du public. Les importateurs de miel de manuka orchestrent tout ceci avec talent, créant par exemple l’indice IAA supposé mesurer son efficacité, à travers sa concentration en Methylglyoxal"...

En plus de l'indice MGO (ou IAA), d'autres indices informant du pouvoir antibactérien du miel de manuka ont été créés, comme l'UMF (Unique Manuka Factor) sous la double impulsion d'un consortium de promotion et de Peter Molan de l'Université de Waikato en Nouvelle-Zélande. MGO est devenu aujourd'hui une marque déposée par la Honey Association qui commercialise désormais son miel de manuka à 168€ le kilo...

Malgré la polémique, le miel de manuka commence aujourd'hui à être très utilisé en milieu médical et certains services hospitaliers n'hésitent plus à utiliser du miel en compresses et en pansements pour soigner plaies et brûlures. Dès 1984, le Pr Bernard Descottes du CHU de Limoges a utilisé du miel pour aider à la cicatrisation des plaies de ses patients alors qu'en Angleterre, au Christie Hospital de Manchester, des pansements imprégnés de miel de manuka sont préparés pour certains patients atteints de déficit immunitaire grave ou de surinfection bactérienne par escherichia coli, staphylocoque doré ou enterococcus faecium.

En conclusion, quelle que soit la substance antibiotique naturelle la plus efficace contenue dans le miel en général et dans celui de manuka en particulier (inhibines, défensines, peroxyde d'hydrogène, méthylglyoxal...), le miel reste avant tout un aliment naturel symbole de douceur, de plaisir, d'abondance et de richesse dans toutes les religions, les civilisations et les contrées du monde depuis la nuit des temps. Pour ses qualités nutritionnelles ou thérapeutiques, il est donc à conseiller presque sans modération !

Tonton Daniel

http://tontondaniel.over-blog.com/article-les-abeilles-114412703.html

http://tontondaniel.over-blog.com/2014/10/les-abeilles-et-le-tilleul-argente.html

miel de manuka
miel de manuka

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #médecine, #alimentation

Repost 0

Publié le 8 Septembre 2015

Bonjour à tous

Définition et étymologie : en médecine, doctrine du docteur Franz Anton Mesmer, célèbre magnétiseur allemand du XVIIIe siècle. Doctrine très en vogue jusqu'au XIXe siècle selon laquelle "tous les êtres sont soumis à l'influence d'un fluide magnétique universel" dont le déséquilibre provoque les maladies, notamment les maladies nerveuses. Lors de ses séances, Mesmer utilisait souvent des plaques aimantées et inventa une méthode de traitement collectif dite du baquet.

Synonymes par extension : magnétisme, charlatanisme, pseudo-science, hypnose.

Le mesmérisme eut une telle renommée dans le monde anglophone (Grande-Bretagne et Amérique du nord) que le verbe "hypnotiser" se dit non seulement "to hypnotize" en anglais, mais également "to mesmerize".

Citations :

- "On disait à Delon, médecin mesmériste : "Eh bien ! M. de B. est mort, malgré la promesse que vous aviez faite de le guérir. - Vous avez, dit-il, été absent, vous n'avez pas suivi les progrès de la cure : il est mort guéri". (Chamfort - Caractères et anecdotes - 1794)

- "Le corps respectable des médecins de Paris déploya contre les mesmériens les rigueurs des guerres religieuses". (Honoré de Balzac - Ursule Mirouet - 1841)

- "Pour amener le somnambulisme, ils projetèrent de construire un baquet mesmérien. Déjà même Pécuchet avait recueilli de la limaille et nettoyé une vingtaine de bouteilles, quand un scrupule l'arrêta. Parmi les malades, il viendrait des personnes du sexe. - Et que ferons-nous s'il leur prend des accès d'érotisme furieux ?" (Gustave Flaubert - Bouvard et Pécuchet - 1880)

- "Chanter, et la pensée de le faire devant un auditoire, était une autre façon mesmérienne de tuer le temps". (Truman Capote - De sang-froid - 1966)

Tonton Daniel

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #lexique, #médecine, #histoire

Repost 0