la la land

Publié le 28 Janvier 2017


Bonjour à tous

Sept Golden Globes en janvier, quatorze nominations pour les prochains Oscars, des critiques dithyrambiques et une affiche alléchante réunissant Emma Stone et Ryan Gosling... Votre oeil de cinéphile commence à briller ? Hélas, avec son titre qui évoque en anglais une situation déconnectée de la réalité, "La La Land", dernier film musical de l'américain Damien Chazelle, réalisateur du remarqué "Whiplash" en 2014, n'est vraiment pas le chef-d'oeuvre génial que la critique veut bien décrire.

Souvent prévisible et cousue de fil blanc, cette histoire d'amour entre un pianiste de second ordre et une petite serveuse qui rêve de devenir actrice à Los Angeles emprunte beaucoup à l'âge d'or de la comédie musicale hollywoodienne sans atteindre son niveau, s'inspire ouvertement des films de Jacques Demy et lorgne aussi beaucoup du côté de Woody Allen : même scène de danse dans un observatoire astronomique que dans "Magic in the moonlight" (avec la même Emma Stone !), quais de Seine à Paris de "Tout le monde dit I love you" et de "Midnight in Paris" ou rêves brisés accompagnés de jazz du récent "Café society"...

Evidemment, la mise en abyme (studios de tournage, auditions, répétitions...) ainsi que les nombreuses références au 7e art, d'Ingrid Bergman à "La fureur de vivre", du reverbère de "Chantons sous la pluie" aux décors évoquant "Tous en scène", ont beaucoup plu à Hollywood et expliquent le nombre de récompenses passées et à venir obtenues par le film. Soyons réalistes, sous les paillettes et les projecteurs, l'industrie du cinéma brille aussi par son autosatisfaction et son nombrilisme.

Laissons de côté le pessimisme général ambiant qui empêche les scénaristes d'envisager un réjouissant happy end. Restent les magnifiques lumière et photographie, la musique signée Justin Hurwitz et un ou deux moments magiques qui font de l'ensemble un film agréable à regarder et à écouter. Malgré le message qui incite à se tourner vers l'avenir, on regrettera sans doute les lueurs du passé. Car malgré leur remarquable prestation, il faut reconnaitre qu'Emma Stone et Ryan Gosling ne sont ni Fred Astaire ni Ginger Rogers, ni Gene Kelly ni Cyd Charisse ! Dommage !

Tonton Daniel

 

la la land

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma

Repost 0
Commenter cet article