Articles avec #alimentation tag

Publié le 27 Novembre 2016


Bonjour à tous

Moins de produit pour le même prix ? Le phénomène n'est pas nouveau, surtout en temps de crise économique, mais porte désormais un nom : rétréciflation ! Cousin de la "rapetiflation", ce néologisme traduit de l'anglais "shrinkflation" a vu le jour quand le propriétaire de la marque Toblerone, le géant de l'agroalimentaire américain Mondelez (anciennement Kraft Foods), a décidé le mois dernier de réduire le poids de la célèbre barre chocolatée. Afin de compenser le coût des matières premières et conserver sa marge bénéficiaire, le fabricant a réduit de 10% le produit vendu en élargissant l'espace entre les triangles !

Le phénomène ne touche pour l'instant que le Royaume-Uni où cette affaire symbolique fait grand bruit. Dénoncé par les réseaux sociaux comme un effet secondaire et pervers du brexit via la chute de la livre sterling et celle du pouvoir d'achat anglais, le "tobleronegate" a un temps été plus commenté que les élections américaines ! D'autres dénoncent une simple spéculation alors que la production mondiale de cacao un temps menacée par de mauvaises conditions atmosphériques est repartie à la hausse et que les cours du cacao ont commencé à chuter il y a déjà trois ans...

La rétréciflation n'est pourtant pas nouvelle au royaume du chocolat. Pour exemples, les barres Mars et Snickers du groupe Mars ont elles aussi rétréci en 2009, tout comme les tablettes de Cadbury en Australie, sans oublier les barres de KitKat, les boites d'After Eight et celles de Quality Street du groupe Nestlé contraintes à une sévère cure d'amaigrissement. Au royaume de la mauvaise foi, les fabricants n'hésitent pas à brandir enfin l'argument sanitaire pour faire digérer la pilule : le consommateur mangera ainsi moins de sucre et de matières grasses, ce qui sera bon pour sa santé ! Yes indeed !

(Source : Courrier International n°1360 du 24.11.2016)

Tonton Daniel

 

rétréciflation du toblerone

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #alimentation, #économie, #lexique

Repost 0

Publié le 8 Août 2016

L'assiette gourmande et son sorbet au lilas...

L'assiette gourmande et son sorbet au lilas...

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france, #alimentation

Repost 0

Publié le 11 Juin 2016

Bonjour à tous

Tout les oppose ! Le révolutionnaire Gao Xiaoting prétend qu'on ne vit pas pour manger, le gastronome Zhu Ziye, lui, se régale de rouleaux de poisson aux oeufs de crevettes, de boulettes de poulet sur flocons de neige et de petites brioches de jade ! Gao et Zhu sont les deux personnages principaux du roman "Vie et passion d'un gastronome chinois" écrit en 1982 par Lu Wenfu. Dans le décor de Suzhou, métropole proche de Shanghai, chacun d'eux devra affronter les péripéties de l'Histoire contemporaine et répondre à cette simple question : la gastronomie, art éphémère et raffiné réservé a priori à quelques-uns, est-elle compatible avec la propagande communiste soucieuse de notions basiques comme la nourriture et l'alimentation ? Doit-on opposer plats individuels et "marmite commune" au nom de l'Histoire ?

Entre maisons de thé et fumeries d'opium, Lu Wenfu nous entraine dans des cours intérieures, invisibles au regard du passant, dans une Chine repliée traditionnellement sur elle-même. Il évoque le cérémonial bourgeois d'un menu de banquet ou l'école de cuisine clandestine dite "de maison de passe", nous fait saliver devant des coeurs de légumes aux miettes de crabe et un émincé de poulet en hibiscus, avant de nous rappeler que la table du repas est un lieu social par excellence où tout instrument aiguisé doit être proscrit au profit de baguettes inoffensives. En magnifiant la nature première, brute et crue des aliments de base, la cuisine chinoise, ou plutôt les cuisines chinoises et régionales, se révèle être un art véritable, sophistiqué, codifié, synonyme de civilisation et mettant tous les sens en éveil.

Aujourd'hui, tout comme les pieds bandés et la politique de l'enfant unique, "Campagne des Cent Fleurs", "grand bond en avant", "Révolution culturelle" et "Quatre vieilleries" font partie du passé, le pragmatisme économique ayant pris le pas sur l'idéalisme révolutionnaire. Désormais, malgré l'explosion démographique, la Chine est soucieuse de diététique et de nutrition, de bonne santé et de longévité, mais garde ses traditions et continue de proposer perche mandarine en écureuil, boeuf aux cinq parfums, graines de lotus en gelée, sans oublier le canard "trois en un", entouré d'oeufs de caille et fourré d'un poulet lui-même fourré d'un pigeon...

Bon appétit !

Tonton Daniel

vie et passion d'un gastronome chinois

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #littérature, #chine, #alimentation

Repost 0

Publié le 13 Avril 2016

Bonjour à tous

Le saviez-vous ? Malgré les apparences, les carottes n'ont pas toujours été orange ! Cette couleur résulte de la sélection au XVIe siècle de légumes originellement blancs, jaunes, rouges et violets. Les horticulteurs hollandais ont en effet patiemment sélectionné des carottes aux teintes de plus en plus orangées afin de rendre hommage à Guillaume Ier d'Orange-Nassau, gouverneur général de Hollande de 1559 à 1584 et aïeul de l'actuelle famille royale des Pays-Bas.

Tous les historiens ne sont pas d'accord sur l'origine de cette teinte orange toujours couleur nationale néerlandaise mais les nutritionnistes sont unanimes : riche en bêta-carotène, en minéraux, en fibres et en vitamines de toutes sortes, la carotte, de variété ancienne ou moderne, est à consommer crue, cuite, en salade, en rondelle ou râpée sans modération et quelle que soit sa couleur !

Sources : internet et "Histoires extraordinaires de plantes et d'hommes" - Serge Schall - Ed. La source vive.

Tonton Daniel

http://tontondaniel.over-blog.com/article-30348034.html

http://www.carrotmuseum.co.uk/

carotte
carotte

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous, #alimentation, #au jardin, #histoire

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2015

Bonjour à tous

Le saviez-vous ? Dans les entreprises californiennes pour lesquelles "Time is money", la dernière tendance pour travailler plus sans faire de pause-déjeuner chronophage est au repas liquide ! Grâce à une campagne de crowfunding et à un fonds d'investissements, Rob Rhinehart, jeune informaticien d'Atlanta, a créé sa société en 2013 et mis au point un produit nommé "Soylent" afin de ne plus perdre de temps sur son lieu de travail.

Adieu, courses, cuisson, vaisselle et temps perdu ! La potion, concoctée à base de poudre protéinée à dissoudre dans de l'eau froide, contient tous les nutriments nécessaires à un travailleur de la Silicon Valley pour finir sa journée sans faim ni souci. Au contraire des poudres hyper-protéinées utilisées par les culturistes, la composition du Soylent est relativement équilibrée. Parmi les 31 ingrédients : farine d'avoine et maltodextrine pour les glucides, protéines de riz et de pois, huiles de tournesol et de poisson, vitamines et sels minéraux. Vendue 10$, la mixture contient environ 2000 calories et aurait après dilution la couleur, la saveur et la consistance d'une vague pâte à crêpe...

On rappellera aussi que Rob Rhinehart a été inspiré par le film de science-fiction "Soylent Green" ("Soleil vert") dans lequel des tablettes protéinées étaient fabriquées secrètement avec des cadavres humains... Les voies du marketing sont parfois impénétrables !

Bien que peu réglementés par l'administration (FDA) car considérés comme de simples substituts de repas, ces déjeuners et diners instantanés se vendent comme des petits pains ! Le succès est tel qu'une deuxième version baptisée "Soylent 2.0", déjà diluée et plus écologique (à base de protéines de soja et d'huile d'algue verte), a été commercialisée elle aussi avec succès. De nombreuses copies ont également vu le jour, comme le Joylent aux Pays-Bas, Soylent n’étant pas breveté et sa composition toujours publique.

Face aux critiques de toutes sortes (effet de mode, lassitude des premiers consommateurs, disparition des liens sociaux, débats sur la malbouffe et la cuisine moléculaire...), le double argument de la rapidité et de la rentabilité a désormais laissé place à un argument écologique et humanitaire. Comme avant lui en 1986 le français Michel Lescanne de Nutriset et son Plumpy’nut, barre protéinée à base d’arachides destinée aux enfants du tiers-monde souffrant de dénutrition, Rob Rhinehart espère résoudre grâce à son produit les problèmes de faim dans le monde, de surconsommation de viande rouge, de surexploitation agricole et de progression démographique ! Vaste programme ou effet d'annonce, les grandes multinationales sont aussi sur le coup : il se murmure que le géant Nestlé serait en train de concevoir un distributeur d'éléments nutritifs synthétisés adapté aux besoins de chaque consommateur...

Il ne reste plus qu'à dire adieu... Adieu chocolat noir, quiche lorraine, fraises au sucre et pain frais... Adieu restaurants, apéritifs entre amis et discussions à table... Et adieu nos dents qui finiront à terme par tomber faute de mastication et d'usage fonctionnel !

"Il ne suffit pas qu'un aliment soit bon à manger, encore faut-il qu'il soit bon à penser." (Claude Levi-Strauss)

"Je ne mangerai pas d'huîtres. Je veux des aliments morts. Pas malades, pas blessés, simplement morts." (Woody Allen)

Tonton Daniel

repas liquide

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #alimentation, #USA

Repost 0