Articles avec #histoire tag

Publié le 19 Mai 2017


Bonjour à tous

Le saviez-vous ? La Russie développe depuis quelques années un concept de centrale nucléaire flottante ! Cette étude est liée à la construction dans les années 70 de la centrale nucléaire de Bilibino dans l'extrême nord-est de la Russie. Située à 5600 km de Moscou au nord du cercle polaire arctique dans le district autonome de Tchoukotka, la centrale qui regroupe quatre réacteurs d'une puissance de 48 MW est la plus septentrionale du monde. Unique centrale dans le monde construite sur du pergélisol (permafrost), ses fondations seraient potentiellement instables à cause du réchauffement climatique mondial et de la fonte de ce pergélisol. Le sujet des risques sismiques ou telluriques reste confidentiel mais les journalistes interdits de visite sur le site rappellent également que la centrale de Bilibino mise en service en 1976 appartient à la génération de celle de Tchernobyl.

Spécialiste de la construction de navires, de brise-glaces et de sous-marins à propulsion nucléaire, la Russie a lancé depuis 1957 plus de 250 unités regroupant 900 réacteurs. Forts de cette expérience en propulsion navale atomique, les ingénieurs soviétiques ont donc développé un concept de réacteur sur barge, autonome, mobile et remorqué. Premier d'une série de huit unités principalement destinées à alimenter en énergie les villes côtières le long du passage du Nord-Est dans l'Arctique russe, l'Akademik Lomonosov sera relié à des réseaux de petites communautés isolées et à des activités industrielles onshore et offshore.

Terminée en 2007 dans des chantiers navals proches de Saint-Pétersbourg et propriété de la société Rosatom, la coque de 144 mètres de long de l'Akademik Lomonosov a reçu ses deux réacteurs nucléaires en 2009 et été lancée en juin 2010. Les deux réacteurs sont dérivés de modèles conçus pour des brise-glaces, alimentent des turbines à vapeur produisant 70 MW électriques, dix fois moins que de classiques réacteurs nucléaires à eau pressurisée, et seront rechargés en combustible tous les trois ans. D'une durée de vie de 40 ans, la barge comprend également une unité de désalinisation d'une capacité quotidienne de 240 000 m3 ainsi qu'un module de stockage de déchets radioactifs. Avec un équipage de 70 personnes, l'unité devrait enfin être opérationnelle en 2019 dans la région du Kamchatka dans l'océan Pacifique pour prendre le relais de la centrale de Bilibino en fin de vie.

D'autres projets permettant à la Russie de trouver un débouché économique et valoriser sa longue expérience des propulseurs nucléaires sont à l'étude pour des unités plus petites, utilisées sur des fleuves dans des régions éloignées des côtes. Chine, Malaisie, Indonésie, Algérie ou Argentine ont déjà annoncé leur intérêt pour ce genre d'installations.

En plus des risques inhérents à la production nucléaire (fuites, accidents ou recyclage des déchets), les opposants au projet dénoncent les risques de terrorisme, le détournement de l’uranium hautement enrichi à des fins militaires, les possibilités de tsunami dans une région à forte activité sismique et les risques de contamination du milieu sous-marin mais aussi la perturbation des écosystèmes marins dûe à une désalinisation massive ou l’insuffisance des moyens de sauvetage locaux en cas d'accident. Sans oublier l'immersion par l'URSS depuis 1965 d'innombrables fûts de déchets nucléaires dans l'Océan Arctique et la Mer de Kara en raison d'infrastructures de stockage et de recyclage insuffisantes. Ni les dizaines de sous-marins militaires russes déclassés toujours chargés de combustible nucléaire, en attente de démantèlement depuis des années et dont le très mauvais état de certains empêche tout remorquage...

D'aucuns rappellent aussi l'histoire du Sturgis MH-1A, Liberty ship de l'US Navy transformé en 1968 pour recevoir un réacteur nucléaire de 10 MW et destiné à fournir de l’électricité à une base militaire américaine située au bord du canal de Panama. Malgré les demandes de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique et de l’Organisation Maritime Internationale, le Sturgis et son réacteur n'étaient toujours pas recyclés 37 ans après leur fin de mission en 1976. Abandonné au milieu de l'impressionante flotte de réserve de James River en Virginie depuis cette date, son démantèlement a enfin débuté en avril 2015 pour s'achever en principe en 2018, un an avant la mise en service théorique de l'Akademik Lomonosov et l'arrêt de la centrale de Bilibino...

Tonton Daniel

 

une centrale nucléaire flottante

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 3 Mars 2017


Bonjour à tous

Edifié en 1787 sur un terrain de quatre hectares en bordure du parc de Versailles pour le gouverneur du domaine royal, le pavillon de la Lanterne a longtemps été éclipsé par son prestigieux et monumental voisin. Invisible depuis la route, entièrement entourée de hauts murs et jamais ouverte au public, y compris durant les Journées du patrimoine, la résidence d'Etat est aujourd'hui l'un des lieux les plus secrets et les plus discrets de la République française...

Ayant survécu à la Révolution, à l'Empire et à la Restauration, la Lanterne devient propriété de la République afin d'être louée par l'Etat à différents locataires, hauts fonctionnaires ou hôtes étrangers comme le millionnaire américain James Gordon Bennett en 1872. Après la libération y logeront successivement un vice-président du Conseil, un ambassadeur des États-Unis et un Président de l'Assemblée nationale avant que le Général De Gaulle n'attribue la Lanterne en 1959 à l'usage du Premier ministre en fonction. Exception notable, le passage du ministre de la culture André Malraux et de sa compagne Louise de Vilmorin de 1962 à 1969.

Depuis, tous les premiers ministres de la Ve République, de Michel Debré à Dominique de Villepin, en passant par Georges Pompidou, Jacques Chirac, Laurent Fabius ou Jean-Pierre Raffarin, passeront plus ou moins de temps à la Lanterne à l'exception notable d'Edith Cresson. Michel Rocard y fera construire piscine et court de tennis pendant son ministère (il sera d'ailleurs épinglé par le Canard enchaîné pour dépenses somptuaires), Mazarine Pingeot, fille du président François Mitterrand, y montera à cheval, Édouard Balladur y fera enterrer son chien, Lionel Jospin et son épouse y viendront souvent après en avoir interdit le survol. Certains y auraient même travaillé, loin des hypothétiques micros installés dans le Pavillon de musique de Matignon par Valéry Giscard d'Estaing pour espionner son premier ministre Jacques Chirac...

C'est en 2007 que les français redécouvrent la Lanterne grâce au président Nicolas Sarkozy qui y séjourne d'abord avec son épouse Cécilia avant d'y organiser en 2008 son diner de noces avec Carla Bruni et d'y faire un malaise vagal en juillet 2009. C'est au tout début de son mandat que le Président décide sans vergogne de l'utilisation exclusive et monarchique du domaine par la présidence, "échangeant" la Lanterne à Matignon avec le domaine de Souzy-la-Briche. D'aucuns affirmeront alors que les feux de la Lanterne devaient servir à reconquérir Cécilia et le dauphin Louis, à l'instar de Louis XVI offrant Trianon à Marie-Antoinette ! Anne Sinclair n'a-t-elle pas décrit l'endroit comme "Un peu du Petit Trianon, une pincée de résidence secondaire style "Maisons et Jardins" et un zeste d'auberge à Barbizon" ? Plus tard, accompagné de Valérie Trierweiler ou de ses enfants, François Hollande viendra souvent à la Lanterne. Aujourd'hui mis à disposition de l'Elysée, le site reste néanmoins officiellement attribué à Matignon qui continue d'en supporter les frais d'entretien, ce que dénonce régulièrement la Cour des comptes depuis 2013.

Avec un seul étage, le logis principal ne comporte que quelques pièces, personnel, cuisines, garages et services de sécurité occupant les deux ailes latérales. Elegant, paisible, confortable, proche de Paris, à l'abri des regards, bien protégé et à échelle humaine, le domaine présente tous les attraits d'une résidence secondaire où le temps semble s'arrêter et où il fait bon vivre à l'ombre des arbres centenaires. L'exact contraire du Fort de Brégançon ! Ajoutons que les invités et les proches collaborateurs n'ont accès ni au jardin privatif ni à la porte dérobée ouvrant directement sur le parc du château de Versailles de jour comme de nuit... Quant à la cave à vins, emplie de prestigieux Bordeaux amenés par Jacques Chaban-Delmas, elle est réputée pour être la plus belle de la République selon Dominique de Villepin qui regretta après l'élection de Nicolas Sarkozy qu’elle soit mise à disposition "d’un buveur de jus d’orange"...

Avec sa double exposition et ses 36 hautes fenêtres laissant généreusement entrer le soleil, la Lanterne a bien mérité son nom. Une lanterne forcément magique, où les ors de la République brillent en secret sous un voile désespérément opaque. On en comprendrait presque l'acharnement de certains à vouloir se faire élire à la tête de l'Etat...

Tonton Daniel

Sources :

http://www.vanityfair.fr/actualites/france/articles/10-choses-lanterne-trierweiler-hollande/2149

http://www.francetvinfo.fr/politique/six-choses-que-vous-ignorez-sur-la-lanterne-residence-d-ete-de-francois-hollande_663635.html

http://www.lefigaro.fr/politique/2013/08/02/01002-20130802ARTFIG00220-francois-hollande-succombe-aux-charmes-de-la-lanterne.php

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140801.OBS5282/la-lanterne-residence-des-vacances-de-francois-hollande.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-lanterne-fuite-a-versailles_540348.html

 

la lanterne

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous, #histoire, #architecture

Repost 0

Publié le 21 Février 2017


Bonjour à tous

Fin mai 1974, quelques jours après l'élection de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence de la République française, le Canard Enchainé fait glousser la France entière en rédigeant la nécrologie du cardinal Jean Daniélou.

Créé cardinal par le pape Paul VI en 1969 puis élu à l'Académie française en 1972, Jean Daniélou est retrouvé mort chez une prostituée parisienne le 20 mai 1974 et déclaré victime d'un infarctus. La version officielle explique "qu'il était venu apporter de l’argent à cette femme pour lui permettre de payer un avocat capable de faire sortir son mari de prison".

Les autorités religieuses quant à elles font paraitre un éloge funèbre indiquant "que c'est dans l'épectase de l'Apôtre qu'il est allé à la rencontre du Dieu Vivant", employant ainsi un terme théologique qui désigne l'effort de l'âme vers la sainteté, un progrès de l’homme vers Dieu que le défunt a lui-même abondamment employé et commenté dans "Platonisme et théologie mystique" en 1944.

Quant au Canard Enchainé, il souligne l'étymologie troublante du mot épectase (du grec "epéktasis", extension...), le traduit aussitôt par "décès pendant l'orgasme" et rappelle pour l'occasion la mort en 1899 au palais de l'Élysée du président Félix Faure dans les bras de sa maitresse Marguerite Steinheil surnommée malicieusement "la pompe funèbre" par ses contemporains...

Ironie de l'histoire ou de la géographie parisienne, le cardinal est inhumé dans le cimetière de Vaugirard jouxtant l'avenue Félix Faure ! Unis jusque dans la mort !

"Nous retrouvons ici ce qui est la loi même de la vie spirituelle, l’épectase paulinienne, qui s’appuie sur ce qui est en arrière pour se tendre vers ce qui est en avant". (Jean Daniélou - Histoire du salut et formation liturgique - 1964)

Sources : internet et Dictionnaire des termes rares et littéraires - Jean-Christophe Tomasi - Ed. Chiflet

Tonton Daniel

 

épectase
épectase

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #lexique, #religion, #histoire, #sexualité, #le saviez-vous

Repost 0

Publié le 8 Février 2017


Bonjour à tous

Le saviez-vous ? Parmi les 193 drapeaux nationaux reconnus aujourd'hui par les Nations Unies, ceux du Guatemala et du Mozambique sont les seuls sur lesquels sont représentées des armes à feu. Si, depuis 1871, le premier porte deux fusils et deux sabres en croix qui indiquent "la volonté du pays de se défendre par la guerre si nécessaire", le second est orné d'un très moderne fusil d'assaut AK-47 ! Créé en 1947 par le russe Mikhaïl Kalachnikov, le célèbre fusil qui symbolise au Mozambique "les combats du peuple pour l’indépendance du pays" et "la détermination du peuple à protéger sa liberté" est également présent sur les armoiries du pays où il est croisé avec une houe, symbole des paysans et de l'agriculture, ainsi que sur le drapeau du Hezbollah chiite libanais.

Adopté en 1983, le drapeau du Mozambique a failli être modifié en 2005 par le gouvernement de Maputo mais le projet a été abandonné suite aux vives révoltes de la population mozambicaine. Ne dit-on pas que pendant le conflit armé qui amena le Mozambique à l'indépendance dans les années 70, de nombreux soldats prénommaient "Kalach" leurs fils nouveaux-nés...?

Peu coûteux, fiable, précis, rapide, léger, robuste et facile d'entretien, le AK-47 a été fabriqué ou reproduit frauduleusement sans aucun contrôle international à plus de 100 millions d'exemplaires depuis sa création. Copiée avec ou sans licence partout dans le monde, depuis la Chine jusqu'à Cuba en passant par la Finlande et la Corée du nord, "la meilleure arme individuelle du monde" a servi à toutes les révolutions et à toutes les armées officielles, aux guérillas urbaines et aux terroristes religieux, sur tous les terrains de combat et toutes les zones de conflit depuis la deuxième guerre mondiale. Car les contrefaçons tuent tout aussi bien que l'original !

Quant à Mikhaïl Kalachnikov, homme le plus décoré de Russie, il est décédé en 2013 à l'âge de 94 ans. Il déclara un jour avoir inventé son arme pour défendre sa patrie et être fier "qu’elle soit devenue pour beaucoup synonyme de liberté". De son propre aveu, il ne regretta jamais le succès de son fusil mitrailleur malgré les innombrables victimes que celui-ci a faites depuis 70 ans !

Aujourd'hui, le mythe perdure. L'Etat russe vient d'annoncer la privatisation partielle de la société Kalachnikov, propriété du groupe Rostec et toujours fabricant officiel du fusil AK-47. Les affaires sont si florissantes que la société a annoncé la création de 1700 emplois en 2017, le lancement de nouveaux modèles et la vente de nombreux produits dérivés, parapluies, briquets, vodka, mugs ou T-shirts portant le slogan "Kalachnikov, tested all over the world"... Toujours sous embargo depuis l'intervention de la Russie en Ukraine et afin de contourner celui-ci, la société russe prévoit même de délocaliser une partie de la production de son produit-phare sur le territoire de l'Oncle Sam. Une production locale qui devrait plaire au nouveau locataire de la Maison Blanche et lui inspirer peut-être un nouveau drapeau ?

Tonton Daniel

 

kalachnikov AK-47
kalachnikov AK-47

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous, #portraits, #histoire, #actualité, #russie-urss

Repost 0

Publié le 19 Décembre 2016


Bonjour à tous

Durant la première guerre mondiale, entre août 1915 et février 1917, le commandement anglais fit installer secrètement par une compagnie spécialisée 26 mines géantes sous les troupes de la 4e armée allemande positionnée sur un front de 11 km autour de la commune belge de Messines, entre Ypres et Armentières. Chacune de ses mines avait un nom de code, contenait entre 7 et 43 tonnes d'explosif et étaient placées au bout de tunnels longs de plusieurs centaines de mètres et à des profondeurs de plusieurs dizaines de mètres.

Au premier jour de la bataille de Messines, le 7 juin 1917, les artificiers lancèrent la mise à feu simultanée des 26 mines, créant l'une des plus grandes explosions non-nucléaires de l'Histoire, entendue jusqu'à Londres et ressentie comme un séisme jusqu'à Lille. Seules 20 d'entre elles explosèrent comme prévu, tuant et ensevelissant dans des cratères géants plus de 10.000 soldats allemands. Une fut noyée, trois ne furent jamais mises à feu car situées hors de la zone de l'offensive. Enfin, le 17 juillet 1955, la foudre déclencha l'explosion de l'avant-dernière sans faire de victimes.

Quant à la n°18, surnommée "Mine de la Petite Douve" et positionnée sous la cour de la ferme dite "de la basse cour", elle fut découverte en août 1916 par les allemands qui neutralisèrent le système de mise à feu mais l'abandonnèrent sur place. Patiente et oubliée de tous depuis cent ans, la bombe endormie attend toujours avec ses 23 tonnes d'explosif...

Tonton Daniel

 

la mine de la petite douve

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #histoire

Repost 0