Articles avec #demographie tag

Publié le 22 Septembre 2017


Bonjour à tous

Encore plus fort et plus irresponsable que la famille Duggar, voici la famille Radford, nouveau cauchemar pour les démographes, les féministes, les urbanistes, les défenseurs de la Nature, les partisans de la décroissance et tous les Humains ayant un minimum de bon sens...

"La famille la plus nombreuse d'Angleterre a accueilli son 20e enfant !

On ne les présente plus. La famille Radford est connue pour être la famille la plus nombreuse de Grande-Bretagne. En mars dernier, les parents de la fratrie annonçaient qu'ils attendaient leur 20e enfant. Sue, 42 ans et son mari Noel, 45 ans, sont devenus célèbres après avoir participé à l'émission de télévision "16 Kids And Counting" (et la suite "19 kids and Counting"). Sur Facebook, ils viennent tout juste d'annoncer un heureux évènement : la naissance de leur vingtième enfant, un petit garçon prénommé Archie.

Sue et Noel Radford ont tous les deux été abandonnés à la naissance puis adoptés. Leur premier enfant est né alors qu'ils avaient respectivement 14 et 18 ans, et se sont mariés quatre ans plus tard.

La mère de famille a d'ores et déjà promis que cet enfant sera le dernier de la fratrie. D’autant que Sue et Noel ont déjà des petits-enfants : leur fille aînée, Sophie, âgée de 23 ans, en a déjà trois ! Archie rejoint donc Chris, 28 ans, Sophie, 23 ans, Chloé, 22 ans, Jack, 20 ans, Daniel, 18 ans, Luke et Millie 16 ans, Katie, 14 ans, James, 13 ans, Ellie, 12 ans, Aimee, 11 ans, Josh, 10 ans, Max, 8 ans, Tillie, 7 ans, Oscar, 5 ans, Casper, 4 ans, Hallie, 2 ans et Phoebe, 13 mois. Sue a également fait une fausse couche à 23 semaines de grossesse en 2014.

La famille est très active sur les réseaux sociaux, principalement sur sa page Facebook : The Radford family. De nombreuses vidéos et photos y sont postées régulièrement par Sue. Dernière publication en date, le cliché de sept des 20 enfants légendé : "La file d'attente pour les câlins a commencé !"

(Sources : Internet)

Tonton Daniel


http://tontondaniel.over-blog.com/article-la-secte-duggar-67665990.html

 

la famille radford

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #démographie

Repost 0

Publié le 30 Août 2017


Bonjour à tous

Si tous reconnaissent que nous avons un problème vital à résoudre, les démographes de la planète débattent aujourd'hui pour savoir si la Terre est victime de surpopulation ou de surconsommation. "Seven Sisters", le dernier film du norvégien Tommy Wirkola, répond à cette question fondamentale de manière très simple : la surpopulation humaine est seule responsable de tous nos maux ! En 2073, les Humains ont enfin compris qu'ils étaient trop nombreux. Afin de préserver le futur et l'Environnement, les pouvoirs publics ont donc mis en place un contrôle strict des naissances, une politique de l'enfant unique et une rétorsion impitoyable à l'échelle planétaire pour tout contrevenant. Mais n'est-il pas trop tard ? Notre civilisation a-t-elle encore un avenir ? Où s'arrêtent les libertés individuelles ? Et que faire des enfants cachés, dénoncés ou découverts par hasard ?

Science-fiction ? Fantasme apocalyptique ? Malthusianisme primaire ? Hélas, derrière le scénario fictif se cache une réalité encore trop peu commentée car politiquement très sensible. Et pourtant, sans aucun doute possible, l'explosion démographique actuelle est cause directe ou indirecte du réchauffement climatique, de l'épuisement des ressources naturelles, de l'extinction massive des espèces animales et végétales, de pollutions de tous ordres et du développement massif des migrations humaines...

Violent, effrayant et passionnant, "Seven Sisters" est un film intelligent qui rappellera peut-être aux plus anciens le terrifiant "Soleil Vert" de Richard Fleischer. Si on retiendra sur la forme les indispensables effets spéciaux et l'extraordinaire performance de Noomi Rapace, la solution radicale proposée par le film reste évidemment inacceptable. D'autres réponses sont possibles : éducation et instruction, diffusion de moyens contraceptifs, droit des femmes, programmes volontaires de planning familial, réduction de la consommation, nouveaux modèles économiques... Vite ! Il y a urgence !

Tonton Daniel

Le compteur de la population mondiale en temps réel :

http://www.demographie-responsable.org/

 

seven sisters

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma, #démographie

Repost 0

Publié le 6 Août 2017


Bonjour à tous

Violées, engrossées, vendues, excisées, battues, asservies, humiliées, séquestrées, vitriolées... Des millions de jeunes filles de 12 à 18 ans sont mariées de force chaque année partout dans le monde, y compris dans certains états américains comme le Massachusetts ou le New Hampshire... Les clichés de la photographe Stephanie Sinclair sont aussi magnifiques que terrifiantes ! Une exposition à ne pas manquer présentée jusqu'au 24 septembre sur le toit de la Grande Arche de la Défense avec en prime une extraordinaire vue panoramique sur le quartier d'affaires et sur la Capitale.

Tonton Daniel

 

Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche
Expo Mariées trop jeunes Toit de la Grande Arche

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #paris - ile de france, #démographie

Repost 0

Publié le 14 Février 2017


Bonjour à tous

"Quand je vois des vivants la multitude croître
Sur ce globe mauvais de fléaux infesté,
Parfois je m’abandonne à des pensers de cloître,
Et j’ose prononcer un voeu de chasteté..."

Par cette première strophe pessimiste commence l'étonnant poème sobrement intitulé "Voeu" composé en 1875 par le poète français Sully Prudhomme, membre de l'Académie française en 1881 et premier lauréat du prix Nobel de littérature en 1901. Bien que l'économiste britannique Thomas Malthus ait déjà publié dès la fin du XVIIIe siècle son célèbre "Essai sur le principe de population" qui envisage une pénurie de ressources alimentaires face à une démographie galopante, Sully Prudhomme n'évoque pas ici un phénomène de surpopulation planétaire mais bien le fléau de la guerre, la misère sociale et les inégalités de classe.

Strophe après strophe, face à ces fatalités et ces malédictions insupportables, le conteur prône donc la raison, fait voeu de chasteté et renonce de manière très romantique à donner la vie. En refusant d'imposer le malheur inévitable à un éventuel héritier, il livre une réponse visionnaire à des questions aujourd'hui très modernes, dénatalité volontaire ou décroissance démographique. Très éprouvé par la guerre de 1870, Sully Prudhomme termine son poème par un message pacifiste et utopique de justice et de paix qui a peut-être inspiré aux partisans du néomalthusianisme à la fin du XIXe siècle la doctrine de ne pas "produire de chair à canon pour les guerres et l'exploitation des bourgeois"...

Tonton Daniel

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sully_Prudhomme

http://tontondaniel.over-blog.com/article-essai-sur-le-principe-de-population-53749284.html

http://tontondaniel.over-blog.com/article-denatalite-volontaire-109540135.html

http://tontondaniel.over-blog.com/article-ginks-70990482.html

http://tontondaniel.over-blog.com/article-24069603.html

 

"Voeu

Quand je vois des vivants la multitude croître
Sur ce globe mauvais de fléaux infesté,
Parfois je m’abandonne à des pensers de cloître,
Et j’ose prononcer un voeu de chasteté.

Du plus aveugle instinct je me veux rendre maître,
Hélas ! Non par vertu, mais par compassion ;
Dans l’invisible essaim des condamnés à naître,
Je fais grâce à celui dont je sens l’aiguillon.

Demeure dans l’empire innommé du possible,
Ô fils le plus aimé qui ne naîtra jamais !
Mieux sauvé que les morts et plus inaccessible,
Tu ne sortiras pas de l’ombre où je dormais !

Le zélé recruteur des larmes par la joie,
L’amour, guette en mon sang une postérité.
Je fais voeu d’arracher au malheur cette proie ;
Nul n’aura de mon coeur faible et sombre hérité.

Celui qui ne saurait se rappeler l’enfance,
Ses pleurs, ses désespoirs méconnus, sans trembler,
Au bon sens comme au droit ne fera point l’offense
D’y condamner un fils qui lui peut ressembler.

Celui qui n’a pas vu triompher sa jeunesse
Et traîne endoloris ses désirs de vingt ans,
Ne permettra jamais que leur flamme renaisse
Et coure inextinguible en tous ses descendants !

L’homme à qui son pain blanc maudit des populaces
Pèse comme un remords des misères d’autrui,
À l’inégal banquet où se serrent les places
N’élargira jamais la sienne autour de lui !

Non ! Pour léguer son souffle et sa chair sans scrupule,
Il faut être enhardi par un espoir puissant,
Pressentir une aurore au lieu d’un crépuscule
Dans les rougeurs que font l’incendie et le sang ;

Croire qu’enfin va luire un âge sans batailles,
Que la terre s’épure, et que la puberté
Doit aux moissons du fer d’incessantes semailles
Pour que son dernier fruit mûrisse en liberté !

Je ne peux ; j’ai souci des présentes victimes ;
Quels que soient les vainqueurs, je plains les combattants,
Et je suis moins touché des songes magnanimes
Que des pleurs que je vois et des cris que j’entends.

Puisqu’elle est à ce prix, la victoire future
Qui doit fonder si tard la justice et la paix,
Ne vis que dans mon coeur, ô ma progéniture,
Ignore ma tendresse et n’en pâtis jamais ;

Que ta mère demeure imaginaire encore,
Que, vierge, ayant conçu hors de l’hymen banal,
Sans avoir à souffrir plus qu’un lis pour éclore,
Elle enfante à l’abri de l’épreuve et du mal.

Sa beauté que j’ai faite et n’ai pas possédée
(Car les yeux de mon corps n’ont rien vu de pareil)
Vêt la splendeur pudique et fière de l’idée
Qui fuit l’argile et peut se passer du soleil !

Ainsi, je garderai ma compagne et ma race
Soustraites, en moi-même, aux cruautés du sort,
Et, s’il est vain d’aimer pour qui jamais n’embrasse,
Du moins, exempts du deuil, nous n’aurons qu’une mort !"

(Recueil Les vaines tendresses - 1875)

 

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #démographie

Repost 0

Publié le 27 Avril 2016

Bonjour à tous

Le saviez-vous ? Trente ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, la radioactivité n'est plus la principale préoccupation des ouvriers chargés sur place de la construction du deuxième sarcophage de confinement du réacteur n°4 de la centrale. Successeurs des premiers "liquidateurs", les ouvriers d'aujourd'hui sont bien davantage préoccupés par la fragilité des bâtiments abandonnés et non entretenus de Pripiat et Tchernobyl, ainsi que par la prolifération d'animaux sauvages dans la zone d'exclusion.

Vivant naturellement moins longtemps que l'Homme et se reproduisant rapidement, les animaux sauvages sont en effet moins touchés par la radioactivité et prolifèrent dans la région de Tchernobyl depuis l'abandon de toute activité humaine dans un rayon de trente kilomètres autour de l'ancien site nucléaire. Comme le suggère la série américaine "Life After People" ("Une vie après l’homme"), fiction qui imagine les conséquences sur l'environnement de la disparition subite de l'espèce humaine, ours, loups et sangliers sont aujourd'hui les maitres d'un royaume de 300 000 hectares partagé par l'Ukraine et la Biélorussie.

En trente ans, avec sa surface supérieure à celle du Luxembourg, la "Zone d'aliénation de la centrale nucléaire de Tchernobyl" est devenue le plus grand "parc involontaire" de la planète, loin devant d'autres sites, zone démilitarisée séparant les deux Corée, îles Montebello en Australie, île japonaise d’Hashima ou nombreuses villes fantômes des Etats-Unis par exemple.

Trente ans après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, il est encore trop tôt pour conclure mais scientifiques et écologistes s'interrogent déjà : la pression humaine serait-elle plus nocive pour l'écosystème et l'environnement que les retombées radioactives d'une pollution nucléaire ?

Tonton Daniel

https://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_involontaire

tchernobyl avril 1986

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous, #actualité, #environnement, #démographie, #russie-urss

Repost 0