Articles avec #cinema tag

Publié le 30 Août 2017


Bonjour à tous

Si tous reconnaissent que nous avons un problème vital à résoudre, les démographes de la planète débattent aujourd'hui pour savoir si la Terre est victime de surpopulation ou de surconsommation. "Seven Sisters", le dernier film du norvégien Tommy Wirkola, répond à cette question fondamentale de manière très simple : la surpopulation humaine est seule responsable de tous nos maux ! En 2073, les Humains ont enfin compris qu'ils étaient trop nombreux. Afin de préserver le futur et l'Environnement, les pouvoirs publics ont donc mis en place un contrôle strict des naissances, une politique de l'enfant unique et une rétorsion impitoyable à l'échelle planétaire pour tout contrevenant. Mais n'est-il pas trop tard ? Notre civilisation a-t-elle encore un avenir ? Où s'arrêtent les libertés individuelles ? Et que faire des enfants cachés, dénoncés ou découverts par hasard ?

Science-fiction ? Fantasme apocalyptique ? Malthusianisme primaire ? Hélas, derrière le scénario fictif se cache une réalité encore trop peu commentée car politiquement très sensible. Et pourtant, sans aucun doute possible, l'explosion démographique actuelle est cause directe ou indirecte du réchauffement climatique, de l'épuisement des ressources naturelles, de l'extinction massive des espèces animales et végétales, de pollutions de tous ordres et du développement massif des migrations humaines...

Violent, effrayant et passionnant, "Seven Sisters" est un film intelligent qui rappellera peut-être aux plus anciens le terrifiant "Soleil Vert" de Richard Fleischer. Si on retiendra sur la forme les indispensables effets spéciaux et l'extraordinaire performance de Noomi Rapace, la solution radicale proposée par le film reste évidemment inacceptable. D'autres réponses sont possibles : éducation et instruction, diffusion de moyens contraceptifs, droit des femmes, programmes volontaires de planning familial, réduction de la consommation, nouveaux modèles économiques... Vite ! Il y a urgence !

Tonton Daniel

Le compteur de la population mondiale en temps réel :

http://www.demographie-responsable.org/

 

seven sisters

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma, #démographie

Repost 0

Publié le 12 Août 2017


Bonjour à tous

Production "bessonienne" la plus coûteuse du cinéma français à ce jour, "Valérian et la cité des mille planètes" est formatée comme d'habitude par le réalisateur pour une diffusion planétaire : distribution internationale et hétéroclite, tournage en langue anglaise, effets spéciaux numériques époustouflants, séquence initiale dédiée à la coopération spatiale internationale...

Entre rêve et réalité, entre mondes virtuel et onirique, les aventures des agents spatio-temporels Dane DeHaan et Cara Delevingne, alias Valérian et Laureline, pourront décevoir les fans de la bande dessinée de Mézières et Christin parue dans les années 70 dont le film s'inspire librement ou rappeler fortement à ceux de Luc Besson "Le Cinquième élément" tourné il y a déjà vingt ans.

Après les adaptations de Michel Vaillant, d'Adèle Blanc-Sec et de Valérian, pourrait-on suggérer à Luc Besson celles de Blake et Mortimer, des Naufragés du temps ou du Vagabond des Limbes afin de remplir les salles obscures durant les prochains étés pluvieux ?

Tonton Daniel

 

valérian et la cité des mille planètes

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma

Repost 0

Publié le 3 Juin 2017


Bonjour à tous

On prend les mêmes et on recommence ! Dans "Alien Covenant", le dernier opus de sa célèbre saga science-fictionnesque, Ridley Scott nous propose une nouvelle fois une réflexion métaphysique sur la Création et la place de l'Homme dans l'Univers, à grand renfort "d'ingénieurs" à la fois humains et divins, de vilaines bestioles xénomorphes et d'effets spéciaux très hollywoodiens. Qu'est-ce qu'un homme ? Une femme ? Un androïde ? Un sentiment ? Un rêve ? Un doute ? Un bon film ?

Hélas, quand on veut terrifier son public, M. Scott, il faut laisser place à l'imagination et ne pas s'encombrer d'explications scientifiques, de bavardages inutiles ou de plans trop éclairés. Rappelez-vous les ombres beaucoup plus suggestives de vos premières bébêtes, les envahisseurs invisibles de La Guerre des Mondes, les noirs et blancs de Planète Interdite, les monstres cachés du Dr Moreau, les silhouettes furtives des Dents de la mer...

Après le navrant "Prometheus", ce deuxième préquel n'apporte rien d'intéressant au feuilleton. Le mythe Alien est mort et néanmoins deux suites sont déjà annoncées... Help !

Tonton Daniel

 

alien covenant

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma

Repost 0

Publié le 22 Avril 2017


Bonjour à tous

La vie pour les américains a toujours été faite de violence, de combats et de rapports de force. "Life", le dernier film de science-fiction du réalisateur suédois Daniel Espinosa en est une parfaite illustration. A bord de la Station Spatiale Internationale (ISS), l'équipage doit combattre une forme de vie extra-terrestre prélevée sur la planète Mars par une sonde automatique. Inoffensive et microscopique dans les premières minutes mais intelligente et agressive après quelques expériences...

En dehors du magistral plan-séquence initial de plusieurs minutes, du souvenir de la défunte navette Challenger et des effets spéciaux numériques époustouflants, on notera des acteurs pas très inspirés (Jake Gyllenhaal, Ryan Reynolds ou Rebecca Ferguson), un scénario peu original en forme de resucée indigeste de la saga Alien et un message simplissime dans l'air du temps conseillant comme aux pires heures de la Guerre Froide la méfiance envers l'inconnu et tout envahisseur extérieur...

Comme le rappelle le scientifique du bord, "Le maintien de la vie exige la destruction". Comprenne qui voudra !

Tonton Daniel

 

life - origine inconnue

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma

Repost 0

Publié le 5 Avril 2017


Bonjour à tous

Corporate : qui est dévoué à son entreprise.
Le titre anglais du dernier film de Nicolas Silhol ne pouvait pas être mieux choisi ! Un homme se suicide sur son lieu de travail, au siège parisien de la multinationale qui l'emploie. Peu à peu, le vernis craque, les langues se délient, chacun se reproche son silence et son inaction face au système de la logique financière et à la D.R.H., la redoutable et redoutée Direction des Ressources Humaines où le mot "licenciement" est tabou... La responsable hiérarchique de la victime restera-t-elle "corporate" jusqu'au bout afin de couvrir la compagnie et sa propre hiérarchie qui voudrait trouver un bouc émissaire ou requalifier le drame en banal accident du travail ?

Hélas, le sujet très délicat du suicide en entreprise n'est pas une fiction. Pressions, harcèlement moral et mutations punitives engendrant stress, burn out, dépressions et maladies somatiques sont une réalité que connaissent beaucoup de salariés qui ne sont pas "corporate", qui ne sont pas dans le moule, qui n'ont pas l'esprit de corps ou qui osent désobéir aux règles maison. Malheur au récalcitrant qui refuse de tout donner à son employeur, de lui sacrifier sa vie privée, d'adopter tous les codes du groupe. En général, l'indésirable sera viré pour faute grave, mis au placard ou déclassé dans le moins pire des cas. Quelquefois, la punition sera collective et publique, plan social ou délocalisation vers un pays "low cost". D'autres, enfin, poussés à "prendre leurs responsabilités", choisiront une autre issue, bien plus définitive...

On pouvait craindre une caricature du monde du travail mais Céline Sallette en "killeuse", Lambert Wilson en patron cynique et Violaine Fumeau en inspectrice sont parfaits dans les rôles principaux. Dénonçant l'hypocrisie, les mensonges et la violence verbale des méthodes de management, le film rend indirectement hommage à tous les employés qui auront choisi une issue fatale, aux organismes internes aux entreprises comme le CHSCT et à l'Inspection du Travail chargée, entre autres missions, de contrôler l'application du Code du travail dans les entreprises. Véritable réflexion sur la place de l'individu dans la Société, "Corporate" nous rappelle que 300 à 400 salariés se suicideraient chaque année en France sur leur lieu de travail. Sans compter les fonctionnaires, les petits patrons et les agriculteurs...

Le monde du travail est aujourd'hui en guerre et, en temps de guerre, le soldat est censé obéir aux ordres, quels qu'ils soient...
Et vous ? Jusqu'où iriez-vous pour votre entreprise ?

Tonton Daniel

 

corporate

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #cinéma

Repost 0