Articles avec #lexique tag

Publié le 21 Avril 2017


Bonjour à tous

Le saviez-vous ? L'expression "être en odeur de sainteté" qui signifie "être bien vu par une personne ou une collectivité" aurait une origine bien réelle. Face à des constatations évidemment très subjectives, les interprétations diffèrent, que l'on soit mystique, scientifique... ou écrivain !

Le parfum a toujours été associé à Dieu et au Paradis dans la tradition chrétienne. Le mot "Christ" ne signifie-t-il pas "oint" en grec ancien ? Les textes sacrés évoquent l'encens dont les volutes s'élèvent vers les cieux comme une prière, les offrandes de parfums des Rois Mages, les senteurs de rose, de lys ou de violette associés à la Vierge Marie. Ils décrivent également les parfums suaves et fleuris dégagés par les cadavres ou les reliques de quelques saints, parfois très longtemps après leur mort, phénomène auquel est associé l’incorruptibilité du corps. Fragrances de rose, de lis, de violette ou de jasmin, les exemples les plus connus sont ceux de Sainte Thérèse d’Avila et de Padre Pio qui exhalait de son vivant, dit-on, des senteurs paradisiaques. Les autorités religieuses expliquent cette "odeur de sainteté" par une "osmogénèse miraculeuse" et qualifient les saints concernés et les icones les représentant de "myroblites" ("d’où jaillit la myrrhe").

Face à ces "miracles", la science et la médecine moderne expliquent clairement ce phénomène odorant a priori bien réel chez certains individus par un changement de composition du sang, lui-même occasionné par un mode de vie ascétique. Le jeûne (religieux ou non, végétarien ou non) ralentit en effet la production de corps cétoniques et d'acétone par le foie, modifie le métabolisme, perturbe le fonctionnement des globules rouges sanguins et, finalement, réduit l'oxydation générale de l'organisme. Le cas de Thérèse d’Avila relèverait essentiellement de sa maladie, l'acétonémie diabétique. Dans certains cas, l'embaumement à base d'encens, d’aromates ou d’onguents, le bois, les fleurs ou les résines déposés près du cadavre, expliqueraient encore plus simplement le dégagement d'odeurs des reliques.

Il faut enfin être romancier et s'appeler Patrick Süskind pour créer le personnage de Jean-Baptiste Grenouille, parfumeur et meurtrier, imaginer que le plus angélique et le plus divin des parfums puisse faire naitre "une palpitation d'allégresse, une virginale et délicate lueur de bonheur", faire naitre l'amour "jusqu'à la folie, jusqu'au sacrifice de soi", maitriser "le coeur des hommes", les "inonder de beauté comme d'un feu radieux" et les faire "frémir de ravissement, pleurer de volupté et tomber à genoux comme à l'odeur de l'encens froid de Dieu" !

Tonton Daniel

"La consommation de pets-de-nonne ne garantit pas une mort en odeur de sainteté" (Patrick Heuschen)

 

en odeur de sainteté

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #lexique, #le parfum, #religion, #médecine

Repost 0

Publié le 27 Février 2017


Bonjour à tous

Bézoard ? Vous avez dit bézoard ? Longtemps présentée dans les cabinets de curiosités des naturalistes comme un secret des alchimistes ou comme un puissant antidote à tous les poisons, cette "pierre de fiel" ou "perle d'estomac" n'a pourtant rien de magique ! Le bézoard, dont le nom vient du persan "padzahr" ("qui préserve du poison"), est une concrétion naturelle se formant le plus souvent dans l'estomac de certains mammifères herbivores, chèvres, yacks, antilopes, vigognes ou lamas.

Mentionnés dès le XVe siècle, les bézoards étaient relativement rares et coûteux car rapportés par bateau des Indes ou des Amériques. Souvent montés en bijoux, ils furent également l'objet de nombreuses contrefaçons. Bien que le médecin Ambroise Paré ait pourtant prouvé dès le XVIe siècle l'absurdité de telles croyances, certaines pièces issues de collections célèbres présentent des traces de râpage consécutives à leurs prétendues propriétés médicinales. Parmi les utilisateurs célèbres de poudre de bézoard, on peut nommer l'empereur Rodolphe de Habsbourg ou le Cardinal de Richelieu.

Aujourd'hui, médecine et chirurgie modernes permettent de connaitre l'origine de la formation des bézoards. Il s'agit principalement de boules de poils ou de fibres recouvertes peu à peu de phosphate de calcium dans l'estomac d'animaux habitués pour leur hygiène à lécher leurs partenaires ou leur progéniture. Chez l'homme, la formation de bézoard est la conséquence d'une trichophagie (absorption maladive de cheveux) ou le résultat d'une mauvaise assimilation de certains médicaments consécutive à un mauvais fonctionnement de l'estomac.

Si l'on trouve des bézoards chez des auteurs classiques comme Molière (Le Malade Imaginaire) ou Oscar Wilde (Le Portrait de Dorian Gray), les exemples modernes ne manquent pas dans les séries télévisées, de "Buffy contre les vampires" à "Dr House" en passant par "Grey's Anatomy", sans oublier la saga Harry Potter dans laquelle le héros sauve la vie de son meilleur ami victime d'empoisonnement grâce à des "perles d'estomac".

Les traditions magiques n'ont pas totalement disparu de nos jours car on trouve toujours en Chine aujourd'hui des comprimés de bézoards de boeuf faisant partie intégrante de la médecine traditionnelle chinoise. Bézoard ? Vous avez dit bézoard ? Comme c'est bézoard !

Sources : internet.

Tonton Daniel

 

bézoard

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le saviez-vous, #lexique

Repost 0

Publié le 24 Février 2017


Bonjour à tous

S'inspirant peut-être des pomanders du moyen-âge, ces "boules de senteur" en métal précieux contenant matières odorantes ou parfums "solides", le parfumeur Guillaume-Louis Lenthéric a l'idée en 1891 de créer pour ses clientes parisiennes un "bijou parfumant" au nom original, l'atyche. Le succès est immédiat grâce à la réputation de sa boutique "La Parfumerie des Orchidées" ouverte en 1885 au 245 rue Saint-Honoré, futur navire amiral de la "Société anonyme des parfums Lenthéric" créée en 1924.

Petit bijou en forme de boule ou de coeur, l'atyche est ouvert sur l'extérieur par un petit tube de verre très fin dans lequel l'essence reste piégée par capillarité. Porté près du corps, en bracelet, en collier ou en corsage, l'atyche diffuse le parfum qui s'évapore peu à peu grâce à la chaleur du corps. A une époque où les essences naturelles sont difficiles à "fixer" bien longtemps, les coquettes restent ainsi parfumées jusque tard dans la nuit...
Simple et ordinaire porte-bonheur à offrir pour la modique somme de 5 francs, l'atyche sera vendu plus tard avec le parfum Orkidée lancé en 1894. Il peut devenir un bijou de luxe, en or ou en argent, enrichi de perles, de diamants ou de pierres précieuses, serti dans un écrin précieux et vendu jusqu'à 700 francs, une petite fortune pour l'époque !

Entre les deux guerres mondiales, la société Lenthéric investira le marché américain et s'y développera de manière considérable, les produits phares de la maison étant rebaptisés de noms anglo-saxons pour l'occasion. Risque-Tout deviendra Tweed en 1933, Coeur de Paris deviendra Shanghai en 1934 par exemple.
La quantité prenant le pas sur la qualité, les années 40 voient l'apparition de produits Lenthéric tout public, conteneurs en matières plastiques ou atomiseurs jetables. Après de nombreux rachats, la marque existe toujours et fait aujourd'hui partie du groupe anglais Shaneel Enterprises Ltd.

Si quelques maisons proposent aujourd'hui des bijoux parfumés (Jean-Paul Gaultier ou Bulgari avec sa gamme "Le Gemme"), l'atyche, lui, a rapidement disparu des mémoires et des corsets, laissant derrière lui le sillage d'un parfum poudré évoquant le souvenir d'une autre époque...

(Sources : Internet + "Miniatures de parfum de collection" - Bernard Gangler - Ed. du Chêne)

Tonton Daniel

 

Publicité Le Figaro 29 12 1891

Publicité Le Figaro 29 12 1891

Publicité Le Figaro 26 12 1891

Publicité Le Figaro 26 12 1891

Publicité Le Figaro 26 12 1891

Publicité Le Figaro 26 12 1891

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #le parfum, #lexique

Repost 0

Publié le 21 Février 2017


Bonjour à tous

Fin mai 1974, quelques jours après l'élection de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence de la République française, le Canard Enchainé fait glousser la France entière en rédigeant la nécrologie du cardinal Jean Daniélou.

Créé cardinal par le pape Paul VI en 1969 puis élu à l'Académie française en 1972, Jean Daniélou est retrouvé mort chez une prostituée parisienne le 20 mai 1974 et déclaré victime d'un infarctus. La version officielle explique "qu'il était venu apporter de l’argent à cette femme pour lui permettre de payer un avocat capable de faire sortir son mari de prison".

Les autorités religieuses quant à elles font paraitre un éloge funèbre indiquant "que c'est dans l'épectase de l'Apôtre qu'il est allé à la rencontre du Dieu Vivant", employant ainsi un terme théologique qui désigne l'effort de l'âme vers la sainteté, un progrès de l’homme vers Dieu que le défunt a lui-même abondamment employé et commenté dans "Platonisme et théologie mystique" en 1944.

Quant au Canard Enchainé, il souligne l'étymologie troublante du mot épectase (du grec "epéktasis", extension...), le traduit aussitôt par "décès pendant l'orgasme" et rappelle pour l'occasion la mort en 1899 au palais de l'Élysée du président Félix Faure dans les bras de sa maitresse Marguerite Steinheil surnommée malicieusement "la pompe funèbre" par ses contemporains...

Ironie de l'histoire ou de la géographie parisienne, le cardinal est inhumé dans le cimetière de Vaugirard jouxtant l'avenue Félix Faure ! Unis jusque dans la mort !

"Nous retrouvons ici ce qui est la loi même de la vie spirituelle, l’épectase paulinienne, qui s’appuie sur ce qui est en arrière pour se tendre vers ce qui est en avant". (Jean Daniélou - Histoire du salut et formation liturgique - 1964)

Sources : internet et Dictionnaire des termes rares et littéraires - Jean-Christophe Tomasi - Ed. Chiflet

Tonton Daniel

 

épectase
épectase

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #lexique, #religion, #histoire, #sexualité, #le saviez-vous

Repost 0

Publié le 21 Février 2017


Bonjour à tous

Adjectif : brillant, étincelant. "Par extension, qualifie un style qui se singularise par ses particularités lexicales, sa prédilection pour les vocables rares, archaïques, régionaux, dialectaux ou néologiques, ses manipulations du matériel grammatical et ses distorsions syntaxiques".

Étymologie : du latin "coruscans" (brillant, étincelant), participe de "coruscare" (briller, étinceler, faire des éclairs).

Synonyme : scintillant.

Citations :

"Alors, tandis que le grondement de la pluie redoublait sur les feuillages et que tout semblait vouloir se dissoudre dans la nuée vaporeuse qui montait du sol, il vit se former à l’horizon un arc-en-ciel plus vaste et plus coruscant que la nature seule n’en peut créer".
(Michel Tournier - Vendredi ou les limbes du Pacifique - 1967)

"J'ai le cerveau plein de ces vents et de ces coruscantes vagues qui hennissent".
(Paul Valéry - Correspondance - 1891)

A noter : l'adjectif "coruscant", dont l'orthographe et la signification sont identiques en anglais, a été choisi pour désigner une planète fictive de l'univers fantastique de Star Wars. En effet, Coruscant, centre névralgique de la galaxie et planète capitale de l'Empire galactique de Star Wars où se trouvent le Sénat galactique, le Temple Jedi et le palais de l'Empereur est une planète-cité entièrement urbanisée, éclairée en permanence de jour comme de nuit.

Source : Internet et Dictionnaire des termes rares et littéraires - Jean-Christophe Tomasi - Ed. Chiflet

Tonton Daniel

 

coruscant
coruscant

Voir les commentaires

Rédigé par tonton daniel

Publié dans #lexique

Repost 0